Politique

Côte d’Ivoire : Fidèle Sarassoro, l’homme de confiance du président

Directeur de cabinet du président Alassane Ouattara depuis cinq ans, Fidèle Sarassoro est une pièce centrale du dispositif présidentiel. Ce technocrate à la longue carrière onusienne, élu député en 2021 dans le nord du pays, est maintenant cité comme un potentiel successeur au chef de l’État.

Réservé aux abonnés
Par - à Abidjan
Mis à jour le 2 juin 2022 à 14:55

Fidèle Sarassoro, directeur de cabinet du président Alassane Ouattara, le 16 février 2022. Chief of staff of Ivorian president Fidele Sarassoro arrives for a meeting on Sahel with leaders from the region at the Elysee palace in Paris, on February 16, 2022. – President Emmanuel Macron hosts African leaders on February 16, 2022 ahead of an expected announcement that France is withdrawing its troops from Mali after an almost decade-long deployment to battle a jihadist insurgency. © LUDOVIC MARIN/AFP

Dans le mécanisme présidentiel ivoirien, il est un rouage central et essentiel. On le sait influent, il est aussi connu pour sa discrétion et son flegme. « Il n’a rien d’exubérant », résume un observateur politique. Fidèle Sarassoro, 62 ans, occupe depuis janvier 2017 le poste de directeur de cabinet d’Alassane Ouattara après avoir été pendant près de deux ans son conseiller spécial et chef de cabinet chargé de l’agenda présidentiel. « À ce degré de responsabilité, la discrétion est un critère important, voire une grande qualité », note un proche.

À Lire Côte d’Ivoire : le nouveau système Ouattara

Lui le technocrate, l’homme de dossiers élevé au rang de ministre qui, dans une première vie a occupé de hautes fonctions à l’ONU, a aussi récemment endossé les habits d’élu de terrain, poussé dans ce sens par plusieurs cadres du nord du RHDP, le parti présidentiel, et encouragé par le chef de l’État. Chez lui, dans la région du Poro, à la frontière avec le Burkina Faso, il a été très confortablement élu député de la circonscription de Sinématiali lors des législatives de mars 2021, avec un score sans appel : plus de 99% des suffrages exprimés.

Une victoire facilitée par le retrait à son profit du député RHDP sortant, Souleymane Dogoni. « Avant d’être député, il faisait déjà beaucoup pour sa région natale. Il le fait désormais de manière officielle », estime une personnalité du Poro. Doyen des cadres de la région, son père, Hyacinthe Sarassoro, est une figure politique et intellectuelle majeure de Côte d’Ivoire, membre-fondateur du RDR et professeur de droit reconnu, qu’Alassane Ouattara avait nommé conseiller au Conseil constitutionnel en 2011, pour une durée de six ans.

« Une confiance absolue »