Culture

Justice, football, cinéma, sciences… les grands événements de l’année 2014

L'Algérie, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, le Ghana et le Nigeria sont qualifiés.

L'Algérie, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, le Ghana et le Nigeria sont qualifiés. © Thierry Roge/AFP

Certains sont joyeux, d’autres moins. Certains sont attendus, d’autres donnent lieu à un véritable suspense. Panorama des événements qui feront l’actualité en 2014.

1. Football

Coupe du monde : quintet africain

Tous les fans de ballon rond n’attendent que ça. Et pour cause : la Coupe du monde aura lieu au Brésil, temple du football mondial (du 12 juin au 13 juillet). À domicile, avec une formation jeune et bourrée de talent, la sélection auriverde part grande favorite. Pour les équipes africaines qualifiées (Algérie, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria), la tâche s’annonce plus délicate. Le Nigeria, vainqueur de la dernière Coupe d’Afrique des nations, et les Éléphants ivoiriens, relativement épargnés par le tirage, devraient pouvoir atteindre le second tour. La qualification s’annonce plus incertaine pour les Lions indomptables camerounais et les Algériens, tombés dans des groupes homogènes. Quant au Ghana, en constante progression en Coupe du monde (huitième de finaliste en 2006, quart de finaliste en 2010), il lui faudra sortir le grand jeu pour s’extirper du "groupe de la mort", qui rassemble l’Allemagne, le Portugal et les États-Unis.

2. États-Unis – Iran

Atomes crochus

Le 23 mai, l’accord provisoire signé fin novembre à Genève entre Téhéran et les cinq membres du Conseil de sécurité de l’ONU plus l’Allemagne sur le nucléaire iranien touchera à son terme et, si les négociations se poursuivent, pourrait aboutir à un texte définitif. Proches alliés des États-Unis, l’Arabie saoudite et Israël font déjà grise mine, considérant que le premier accord n’est pas susceptible d’interrompre efficacement le programme nucléaire militaire qu’ils soupçonnent l’Iran de mener en sous-main. Grandes manoeuvres diplomatiques et alliances contre-nature en perspective…

3. Technologie

La 4G à vitesse grand V

L’adoption de la technologie 3G faisait déjà figure d’avancée majeure. Grâce à elle, des millions d’Africains (dont 8 internautes marocains sur 10) surfent sur le Net depuis leur téléphone. Mais voilà qu’une nouvelle révolution se profile. Avec un débit dix fois plus rapide, les réseaux 4G vont bientôt fleurir un peu partout sur le continent, du Ghana au Kenya en attendant le Maroc, début 2015. À Dakar, deux cents chanceux bénéficieront au début de 2014 du test lancé par l’opérateur Sonatel. Avec à la clé de belles promesses. Pour télécharger un album de musique de 50 Mo il ne faudra plus vingt minutes mais seulement dix secondes !

© Sylvain Cherkaoui pour J.A.

4. Justice

Gbagbo & Co

C’est une décision qui a le mérite d’apaiser les tensions entre l’Afrique et la Cour pénale internationale (CPI). L’Assemblée générale des États parties au statut de Rome de la CPI a en effet autorisé le 21 novembre à La Haye tout dirigeant en fonction à participer à son procès par visioconférence ou à se faire représenter par un avocat. La trêve entre les dirigeants africains et la juridiction pénale pourrait pourtant ne pas résister à deux échéances majeures. D’abord, l’ouverture du procès d’Uhuru Kenyatta, le président kényan, qui, fort du soutien de ses pairs africains, n’entend pas déférer à la convocation des juges. Et surtout, en mars, l’audience de confirmation des charges contre Laurent Gbagbo, l’ancien chef de l’État ivoirien.

5. Culture

Abidjan et Dakar superstars

Les plus grands événements culturels auront lieu en Afrique de l’Ouest. À Abidjan, tout d’abord, qui accueillera le Marché des arts du spectacle africain (Masa), du 1er au 8 mars. Musique, danse, théâtre, humour et conte sont au programme de cette manifestation qui n’avait plus été organisée depuis sept ans. À Dakar, ensuite, du 9 mai au 8 juin, où se tiendra la Biennale d’art africain contemporain. Outre la sélection officielle et l’exposition off, des hommages seront rendus au sculpteur Moustapha Dimé et au plasticien Mbaye Diop.

6. Sciences

Mars attaque ?

Nos amis les Martiens – s’ils existent – retiendront leur souffle le 19 octobre. Ce jour-là, leur planète pourrait être percutée par la comète 2013 A1, une boule de glace et de poussière mesurant environ 2 km et filant à plus de 200 000 km/h. La probabilité du choc, d’abord estimée à 1 chance sur 600 au début de 2013, a été revue à la baisse, à 1 sur 100 000. Mais il y aura un joli spectacle dans le ciel. Même en passant à 60 000 km de la surface de Mars – ce qui est finalement annoncé -, la queue de la comète pourrait interagir avec l’atmosphère martienne, entraînant des pluies d’étoiles filantes et des voiles colorés de vert. Une collision dégagerait une énergie équivalente à 2 milliards de fois la puissance de la bombe de Hiroshima.

7. Cinéma

Viva Lupita !

Il était très attendu. 12 Years a Slave, de Steve McQueen, le réalisateur britannique d’origine grenadienne, sort le 22 janvier à Paris. Inspirée de faits réels, l’histoire se déroule dans le Sud esclavagiste des États-Unis, au milieu du XIXe siècle. Au casting, le Britannique d’origine nigériane Chiwetel Ejiofor, l’Américain Brad Pitt, le Germano-Irlandais Michael Fassbender et surtout la lumineuse Kényane Lupita Nyong’o, 30 ans, déjà récompensée par un New Hollywood Award en octobre dernier.

8. Livres

Winnie, Doris et les autres

Ils n’ont rien à voir les uns avec les autres, mais ils feront l’actualité littéraire de ce début d’année. Dans Plus rapide que l’éclair, à paraître le 15 janvier aux éditions Arthaud, Usain Bolt se raconte pour la seconde fois (le sprinteur jamaïcain avait publié sa première autobiographie en 2010, mais il a depuis remporté la finale du 100 m aux JO de Londres en 2012) et devance d’un cheveu Winnie Mandela. Surfant sur l’immense popularité de feu son ex-mari, celle-ci publie, le 16 janvier chez Michel Lafon, Un coeur indompté : carnets de prison et correspondances avec Nelson Mandela. À la même période, et moins d’un an après avoir quitté les prisons togolaises, l’ancien homme d’affaires français Loïk Le Floch-Prigent se confiera dans un essai intitulé Le Mouton noir. Afrique, Elf, politique, affaires et autres rêves (Pygmalion). Stock sortira, le 19 février, Mali, ô Mali, d’Erik Orsenna, quelques semaines avant que Flammarion ne publie Filles impertinentes, le roman posthume de Doris Lessing. La Prix Nobel de littérature, décédée le 17 novembre dernier, y renoue avec une veine plus autobiographique et évoque son enfance en Rhodésie (actuel Zimbabwe). Début avril enfin, Moulay Hicham, le cousin du roi du Maroc, dévoilera sa part de vérité sur les coulisses du Palais dans son très attendu Journal d’un prince banni (Grasset).

© Alexander Joe/AFP

9. Religion

Saint Jean-Paul

Le 27 avril, le Vatican vivra un des moments les plus marquants du pontificat de François. Ce jour-là, le pape argentin canonisera deux de ses prédécesseurs. D’abord, Jean XXIII, l’initiateur du concile Vatican II qui, dans les années 1960, fit entrer l’Église dans la modernité. Ensuite, Jean-Paul II (1978-2005), le pape polonais, véritable pèlerin qui parcourut le monde, dont l’Afrique, plus qu’aucun autre évêque de Rome, au nom d’une nouvelle évangélisation, de l’oecuménisme et du dialogue.


Jean Paul II, en Ouganda, en 1993. © Michel Gangne/AFP

10. Opération serval

Un an déjà…

Serval n’est pas né pour durer, mais tel semble être son destin. L’opération militaire française lancée en urgence le 11 janvier 2013 pour arrêter l’offensive des jihadistes du Nord-Mali ne devrait compter aujourd’hui que 1 000 soldats. Mais le plan de désengagement envisagé par François Hollande a pris du retard : fin décembre, l’armée française comptait encore 2 800 hommes au Mali. Le Nord est en effet loin d’avoir été pacifié, et les Casques bleus de la Minusma, en sous-effectifs et mal équipés, semblent pour l’heure incapables de prendre le relais. Le retrait, un temps suspendu, devrait bientôt se poursuivre et il ne devrait plus rester que 1 000 soldats français dans six mois, dont des forces spéciales qui se consacreront surtout à la lutte antiterroriste. Le moment des opérations d’envergure est terminé. Place désormais au renseignement et à la traque des chefs jihadistes. "Nous y sommes pour plusieurs années", convient un gradé en poste dans le Sahel.


L’opération serval a débuté le 11 janvier 2013. © Éric Feferberg/AFP

>> Retour au sommaire

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte