Économie

Zambie : comment Glencore a aidé la mine de Mopani « à régler ses factures »

Plus d’un an après avoir repris le complexe, l’État n’a pas encore trouvé de nouvel investisseur, mais a pu compter sur le négociant anglo-suisse pour contribuer au financement de Mopani Copper Mines.

Par - avec Reuters
Mis à jour le 1 juin 2022 à 12:58

Le siège de Glencore à Baar en Suisse. © DR

Le dossier de Glencore, qui a plaidé coupable le 24 mai de faits de corruption et de manipulation de marchés en Afrique et en Amérique latine, continue de s’ouvrir un peu plus. Selon une enquête de nos confrères de Reuters, le géant de l’exploitation minière et du négoce des matières premières, a contribué au financement de Mopani Copper Mines, en Zambie, car la société n’a pas été en mesure de payer ses factures à temps et l’État n’a pas encore trouvé de nouvel investisseur, plus d’un an après avoir repris le complexe.

Glencore, qui a vendu Mopani à la société publique d’investissement minier ZCCM-IH, a depuis aidé à couvrir certains des coûts de fonctionnement de Mopani, y compris les factures d’électricité et les achats de concentré de cuivre auprès de tiers, ont déclaré deux sources ayant une connaissance directe mais ne souhaitant pas être nommées. L’une des sources a déclaré que Mopani ne générait pas suffisamment de revenus pour couvrir les dépenses courantes, ajoutant que la société ne pouvait pas se permettre les investissements nécessaires pour exploiter davantage de mines et profiter des prix élevés du cuivre.

Seul fournisseur de cuivre de la mine

Dans le détail, Glencore a fourni des lettres de crédit à Mopani à deux ou trois reprises lorsque la société n’avait pas assez de liquidités pour acheter du concentré de cuivre, garantissant effectivement l’achat de Mopani, a déclaré une troisième source proche de Mopani. Le PDG de Mopani Copper Mines, Charles Sakanya, a déclaré que la société n’avait reçu aucun prêt de Glencore et que l’affirmation selon laquelle le géant minier couvrait certains des coûts de Mopani était une spéculation. Il n’a pas répondu à une demande de commentaire sur les lettres de crédit.

Glencore est le seul fournisseur de cuivre de la mine, dans le cadre de l’accord qui a vu ZCCM-IH prendre le contrôle de Mopani le 31 mars 2021 pour 1,5 milliard de dollars de dette (1,39 milliard d’euros) et un dollar symbolique en espèces. Les sources n’ont pas précisé le montant du financement fourni par Glencore. Ce dernier n’a pas répondu aux questions de Reuters sur les coûts de Mopani, mais a déclaré dans un communiqué : « Glencore continue à travailler aux côtés de ZCCM-IH pour assurer le succès de Mopani par le biais de nos accords d’enlèvement et des accords de financement connexes. »

Renégociation de contrats fournisseurs

Élu en août dernier, le président zambien Hakainde Hichilema a critiqué l’accord avec Mopani lorsqu’il était dans l’opposition, déclarant que l’État ne devait pas s’endetter davantage, alors que celui-ci avait fait défaut deux mois plus tôt et qu’il était en pourparlers avec le Fonds monétaire international (FMI) pour obtenir un soutien financier. Le besoin d’investissement de la Zambie reste pressant. Elle a conclu un accord au niveau du personnel avec le FMI sur une facilité de crédit étendue de 1,4 milliard de dollars en décembre, mais l’argent ne peut pas être versé tant que Lusaka et ses créanciers ne s’entendent pas sur la réduction de la dette à des niveaux durables.

À Lire Zambie : Hakainde Hichilema, un président pas comme les autres

Depuis son élection, Hichilema a demandé à son administration de trouver un nouvel investisseur pour Mopani. Les fonctionnaires disent qu’ils sont « très proches » de le faire.

Sakanya de Mopani a déclaré que la société minière a dû renégocier les accords avec les fournisseurs, les contrats d’achat de concentré de cuivre, les lettres de crédit et les découverts après le changement de propriétaire. Ces négociations, ainsi qu’une panne au puits nord en mars, ont entraîné des retards de paiement. Un fournisseur a déclaré que la fréquence des paiements de Mopani avait ralenti au cours des dernières semaines. « Ils ont cet énorme monstre à gérer, et ils n’ont pas assez d’argent pour le faire fonctionner », a déclaré le fournisseur, demandant à ne pas être nommé.

« Oui, nous devons de l’argent », a déclaré Sakanya, ajoutant qu’il ne pouvait pas dire combien car le chiffre change constamment. « C’est quelque chose que nous nous efforçons de résoudre ». Reuters n’a pas pu établir de manière indépendante combien Mopani doit à ses fournisseurs au total.

Test décisif pour l’administration Hichilema

Une quatrième source ayant des connaissances directes a déclaré que les responsables gouvernementaux ont demandé à la Copperbelt Energy Corporation (CEC), le fournisseur d’électricité de la mine, à la fin de l’année dernière, d’assouplir ses conditions de paiement, mais la CEC a refusé. L’entreprise a déclaré que Mopani a continué à payer ses factures d’électricité en temps utile.

Le ministre zambien des Mines, Paul Kabuswe, joint par téléphone, a refusé de commenter si Glencore apportait un soutien financier à Mopani. « Lorsque nous aurons trouvé un meilleur partenaire, tout reviendra à la normale », a-t-il déclaré.

Trouver un nouvel investisseur pour Mopani est considéré comme un test décisif pour l’administration, qui veut montrer que la Zambie est ouverte aux affaires et s’est fixé un objectif ambitieux de plus que tripler la production annuelle de cuivre du pays au cours de la prochaine décennie. « Je veux trouver un investisseur hier, c’est le calendrier », a déclaré Kabuswe. « Je suis pressé. »

80 684 tonnes de cuivre produites

Avec sa fonderie originale construite en 1937, la mine, qui a plus de 80 ans, a besoin de 300 millions de dollars pour financer une expansion qui débloquerait le potentiel de production de 225 000 tonnes de cuivre par an, a déclaré Sakanya.

Mopani a déclaré avoir produit 87 618 tonnes de cathode de cuivre en 2021, contre 93 106 tonnes en 2020. Elle devrait produire 80 684 tonnes de cuivre cette année, a déclaré Sakanya, mettant la baisse annoncée à près de 8 % sur le compte de la panne d’un mois et d’un arrêt prévu de 45 jours de la fonderie pour maintenance en juillet.

À Lire RDC-Zambie : le cuivre, pétrole du futur pour l’Afrique ?

Glencore a décidé en avril 2020 de mettre Mopani en entretien et maintenance, s’attirant l’ire du gouvernement zambien qui souhaitait qu’elle reste ouverte, et plus tard en 2020 a déprécié la valeur de la mine de 1,041 milliard de dollars à 861 millions de dollars. Le négociant anglo-suisse a déclaré avoir investi 4,4 milliards de dollars dans la mine depuis 2000.