Politique

Tunisie : Antoine Vey, nouvel avocat dans l’affaire Mehdi Ben Gharbia

Au cœur d’un imbroglio judiciaire à Tunis, l’ancien ministre Mehdi Ben Gharbia se tourne vers la justice internationale. Selon les informations de Jeune Afrique, il a fait appel à l’ex-associé d’Éric Dupond-Moretti.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 1 juin 2022 à 17:39

L’ancien ministre Mehdi Ben Gharbia, en août 2016. © FETHI BELAID / AFP

Poursuivi, avec certains de ses collaborateurs, pour délits fiscaux et blanchiment d’argent, Mehdi Ben Gharbia, ex-ministre des Droits de l’homme, s’apprête à porter son dossier devant les juridictions internationales. Pour ce faire, l’homme d’affaires s’est tourné vers l’avocat français Antoine Vey, ancien associé d’Éric Dupond-Moretti et spécialiste en droit pénal des affaires et en droit pénal international. Son cabinet, Vey & Associés, compte déjà de nombreuses personnalités africaines parmi ses clients, comme Augustin Matata Ponyo, Maurice Kamto, Moïse Katumbi, Koffi Olomidé ou Sébastien Ajavon. Il conseille également le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.

Si l’affaire Mehdi Ben Gharbia aurait pu se résumer à un banal délit en col blanc, l’équipe de ténors du barreau de Tunis qui le défend composée de Ahmed Souab, Anouar El Kousri et Ahmed Seddik – pointe des vices de procédure qu’elle estime intentionnels. Et certains magistrats dénoncent des pressions politiques exercées sur les juges tunisiens.

Atteinte aux droits humains ?