Dossier

Cet article est issu du dossier «Fils de présidents»

Voir tout le sommaire
Politique

Fils de présidents : Muhoozi Kainerugaba Museveni 39 ans, commandant des forces spéciales

Le fils de Toweri appartient à la garde présidentielle. © DR

Discrets ou flambeurs, élus ou nommés à de hautes fonctions, ambitieux ou modestes, ces trentenaires et quadragénaires sont tous des hommes d'influence.

L’histoire ne manque pas d’humour. Alors que le Parlement ougandais vient d’autoriser le remplacement (pour absence prolongée) de l’un de ses membres, le général David Sejusa, son successeur pourrait être celui qui l’a contraint à s’exiler au Royaume-Uni : le brigadier Muhoozi Kainerugaba, ci-devant fils du président Yoweri Museveni. L’affaire avait fait grand bruit en avril, après qu’une lettre écrite par Sejusa avait filtré dans la presse. Le général y évoquait un supposé complot pour assassiner les opposants à l’hypothétique projet de transmission du pouvoir de Museveni à Muhoozi Kainerugaba et y faisait part de ses craintes quant à la dérive monarchique du chef de l’État, au pouvoir depuis 1986. Non content d’avoir fait modifier la Constitution pour y rester, Museveni s’est, ces dernières années, entouré de proches. Mais c’est surtout son fils qui a connu une carrière éclair.

Né en avril 1974 en Tanzanie, diplômé en 2000 de l’Académie militaire royale de Sandhurst (Royaume-Uni), il a été assigné la même année à la protection présidentielle comme second lieutenant. En moins de huit ans, après diverses formations en Égypte, en Ouganda et aux États-Unis, il était promu lieutenant-colonel (avant d’atteindre le grade de colonel en 2011 puis de brigadier en 2012) et se voyait confier le commandement des forces spéciales, dont fait partie la garde présidentielle. Cet avancement lui permettait aussi de contrôler la protection, stratégique, des installations pétrolières ougandaises. Mais bien entendu, les allégations selon lesquelles Museveni le verrait bien lui succéder ne sont que calomnies d’un général ambitieux et jaloux rêvant lui-même d’accéder au pouvoir…

>> Lire aussi : dérive monarchique

>> Retour au sommaire

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte