Politique

Côte d’Ivoire : comment Charles Blé Goudé a obtenu son passeport

L’ancien leader des Jeunes patriotes, proche de Laurent Gbagbo, s’est vu délivrer son passeport dans les locaux de l’ambassade de Côte d’Ivoire aux Pays-Bas, le 30 mai. Plusieurs conditions lui ont été posées.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 31 mai 2022 à 17:11

Charles Blé Goudé et son avocat, Geert-Jan Knoops, à la CPI, à La Haye, en février 2020. © Jerry LAMPEN / POOL / AFP

Un peu plus d’un an après son acquittement par la Cour pénale internationale (CPI), qui le poursuivait pour crimes contre l’humanité en lien avec la crise postélectorale de décembre 2010-2011, Charles Blé Goudé ne parvenait à rentrer en Côte d’Ivoire, faute de se voir délivrer un passeport.

Selon nos sources, cette affaire s’est dénouée dans la foulée du dialogue politique ouvert en décembre 2021.

Réunion à la résidence présidentielle

Dans le courant du mois de janvier en effet, Alassane Ouattara (ADO) a, entre autres, réuni à la résidence présidentielle de Cocody Riviera Golf d’Abidjan le chef du gouvernement, Patrick Achi, les ministres Kandia Kamissoko Camara (Affaires étrangères), Vagondo Diomandé (Sécurité), Kouadio Konan Bertin, alias KKB (Réconciliation nationale), ainsi qu’Adama Bictogo, le secrétaire exécutif du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) et Claude Sahi, le chef de cabinet d’ADO. C’est à ce dernier que le chef de l’État a confié la gestion du retour au pays de Charles Blé Goudé.

À Lire Côte d’Ivoire : Charles Blé Goudé, l’oublié de La Haye

Claude Sahi a été membre de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), un syndicat que l’ex-leader des Jeunes patriotes a lui-même dirigé de 1998 à 2002. Entre janvier et avril 2022, les deux hommes sont restés en contact permanent. Dans l’intervalle, Blé Goudé ne prenait plus aussi régulièrement au téléphone son ami KKB, et certains vrais-faux émissaires, assurant avoir été missionnés par Alassane Ouattara, faisaient discrètement passer des messages à l’ancien « général de la rue ».

Gages

Dans le camp présidentiel, beaucoup attendaient que Blé Goudé, jadis réputé pour sa capacité à mobiliser les foules, donne des gages. Le 5 avril, Claude Sahi s’est donc rendu en toute discrétion à La Haye pour s’entretenir avec lui, à la demande d’Alassane Ouattara, lequel avait insisté sur l’aspect humanitaire de cette démarche.

L’ancien prisonnier de Scheveningen, qui a ensuite décidé de médiatiser cette visite, s’est alors engagé à être un homme de paix et de réconciliation, et donc à bannir discours haineux et actions violentes. Il n’a pas pour autant renoncé à la politique. Son parti, le Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (Cojep), ne rejoindra pourtant pas le RHDP et il ne divorcera pas d’avec son « mentor » Laurent Gbagbo, comme certains proches de ce dernier le soupçonnaient de vouloir le faire, n’hésitant pas à le taxer de trahison.

À Lire Côte d’Ivoire : au cœur des négociations pour le retour de Charles Blé Goudé

Plus d’un mois après le voyage de Sahi aux Pays-Bas, le fameux passeport a donc été délivré à la fin du mois de mai et confié à la présidence ivoirienne. Dans un premier temps, un débat s’est engagé sur les modalités de sa remise à son titulaire, certains membres du cabinet présidentiel préconisant l’envoi d’un intermédiaire aux Pays-Bas. Finalement, le document a été acheminé par la valise diplomatique.

Le retour de Charles Blé Goudé en Côte d’Ivoire, que l’intéressé a différé « pour convenances personnelles », n’est pas prévu dans l’immédiat. Selon certaines sources, l’ex-chef des Jeunes patriotes pourrait regagner Abidjan d’ici à trois mois.