Politique

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara choisit Adama Bictogo pour diriger l’Assemblée nationale

Ces derniers mois, le député d’Agboville avait assuré l’interim d’Amadou Soumahoro, souffrant, au perchoir. Après son élection, Adama Bictogo devra quitter ses fonctions de secrétaire exécutif du RHDP.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 31 mai 2022 à 10:07

Adama Bictogo dans son bureau à Abidjan, le 12 septembre 2019. © Issam Zejly pour JA

Les hésitations ont tant duré que la date de clôture de dépôt des candidatures a été reportée. Initialement prévue le 24 mai, elle a finalement été fixée au 31 mai et c’est ce mardi, à la dernière minute donc, qu’Adama Bictogo va déposer son dossier.

À Lire Côte d’Ivoire : Adama Bictogo, touché mais pas coulé 

Il va ainsi devenir officiellement le prétendant au perchoir du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), majoritaire au sein de l’hémicycle (il compte 137 des 255 députés). Il part grand favori du vote du 7 juin où les députés désigneront le successeur d’Amadou Soumahoro, décédé le 7 mai dernier, même si Naya Jarvis Zamblé, une jeune députée de 26 ans élue sous l’étiquette RHDP a annoncé qu’elle souhaitait présenter sa candidature.

Relations tendues

Sauf revirement de dernière minute, Alassane Ouattara a donc préféré Adama Bictogo à d’autres caciques de la formation présidentielle, comme Kandia Kamissoko-Camara, la ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Diaspora, ou Kobenan Kouassi Adjoumani, le ministre de l’Agriculture et de Développement durable.

Le président ivoirien a tranché ce samedi 28 mai, à son retour d’un séjour de deux semaines en France, et l’a dit à son cercle restreint, notamment à Gilbert Koné Kafana, le patron du parti présidentiel. Le lendemain, celui-ci s’est chargé d’annoncer la nouvelle à Adama Bictogo.

Ce choix permet notamment au chef de l’État ivoirien de s’épargner un ajustement au sein de l’exécutif – les autres prétendants étaient titulaires de portefeuilles ministériels de premier plan. Il évite aussi tout conflit de compétences au sein du RHDP entre Adama Bictogo et Patrick Achi, le Premier ministre, alors que les relations entre les deux hommes sont notoirement tendues.

L’omnipotence du premier au sein du parti avait contribué à sa relégation de la direction exécutive au secrétariat exécutif, en février dernier. Alassane Ouattara a en effet demandé à Adama Bictogo de quitter ses fonctions au sein du RHDP après son élection au perchoir. Il occupera ensuite un poste moins opérationnel et plus compatible avec la direction de l’Assemblée nationale.

Intérimaire

La nomination d’Adama Bictogo suit une certaine logique. Ces derniers mois, l’homme d’affaires avait assuré à plusieurs reprises l’interim d’Amadou Soumahoro, souffrant, et s’était imposé comme le nouveau patron de l’Assemblée nationale. Officiellement élu à ce poste, il devra y faire ses preuves et notamment prouver sa loyauté, alors que l’affichage de ses ambitions présidentielles pour 2025 ont agacé au plus haut niveau du camp présidentiel. Sans doute ne doit-il pas oublier que pareille soif a coûté à Guillaume Soro, l’un de ses prédecesseurs au perchoir (de 2012 à 2019), son poste – et son alliance – avec Alassane Ouattara.