Société

Tourisme : le Maroc rouvre ses frontières et revoit sa stratégie

Le 17 mai, le Maroc mettait fin au test PCR obligatoire pour entrer sur son territoire. Un appel d’air salvateur pour le monde du tourisme, qui cherche à se réinventer après deux ans de pandémie. 

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 1 juin 2022 à 10:24

Kitesurf sur une plage de Dakhla, une zone particulièrement venteuse, dans le sud du royaume. © Vincent Fournier/JA

Depuis son agence de Ouarzazate, Chérif, conducteur de 4X4 pour un tour-opérateur marocain, ne cache pas son enthousiasme. « Avant, on avait beaucoup d’annulations de dernière minute à cause du PCR. Aujourd’hui, ils reviennent tous », lance-t-il, la voix enjouée. On est très contents de cette levée de l’obligation du PCR. Beaucoup de clients nous ont rappelés pour réserver depuis cette annonce. »

Le 17 mai en effet, le Maroc mettait fin au test PCR obligatoire pour entrer sur son territoire et rouvrait ses frontières terrestres avec les enclaves espagnoles. Des mesures très attendues, accueillies comme un appel d’air salvateur par le secteur du tourisme. Après la reprise du mois de mars 2022 avec un bond de 80 % des recettes touristiques, le dernier verrou a sauté avec la fin du test PCR. Un petit pas pour les touristes, un grand pas pour ceux qui les accueillent.

À Lire Hôtellerie : du Maroc au Rwanda, une reprise touristique à plusieurs vitesses