Dossier

Cet article est issu du dossier «Libreville dans tous ses états»

Voir tout le sommaire
Société

Libreville : esprit, es-tu là ?

Le futur initié consomme des cuillérées d'iboga pour entrer en contact avec les esprits. © Emilie Chaix / Photononstop/AFP

Hérité des Pygmées, le rite bwiti attire des Occidentaux en quête de spiritualité. Ingrédient indispensable aux cérémonies : l'iboga, une racine aux effets hallucinogènes.

Kyan a parcouru 6 000 km pour vivre "l’expérience". Cet Irlandais a entendu parler du bwiti lors d’un séjour au Canada et il en a été tout de suite intrigué. Quelques mois plus tard, il était dans l’avion, direction Libreville, pour découvrir ce rite ancestral hérité des Pygmées d’Afrique centrale. Dans la capitale gabonaise, le bwiti se pratique entre initiés. Lors de cérémonies secrètes, les participants consomment, le plus souvent en poudre, une racine aux effets hallucinogènes très puissants : l’iboga. Moins connu que les rites chamaniques des Indiens d’Amazonie, le bwiti séduit de plus en plus d’Occidentaux en mal de spiritualité.

Tatayo est un nganga (maître initiateur) peu ordinaire. Premier étranger à s’être fait initier, il y a près de quarante ans, quand il est arrivé au Gabon, le Français Hugues Poitevin (de son vrai nom) est une figure connue de tous à Libreville. Chaque année, il accueille environ 25 touristes – dont une majorité d’Européens et d’Américains – dans son domaine-village de La Sablière, le quartier huppé de la capitale. Chacun est prêt à dépenser quelque 3 000 euros pour tenter l’aventure mystique.

Certains sont là pour explorer leur inconscient, comme Kyan. "J’ai vécu des choses difficiles, j’ai perdu des proches, explique le trentenaire. Je ressentais le besoin de me confronter à mes peurs, de redonner un sens à ce que je vis." D’autres espèrent en finir avec leurs addictions. "J’ai reçu beaucoup de toxicos qui cherchaient à décrocher", explique sereinement Tatayo, qui déambule dans un pagne coloré, les poignets cerclés de breloques. Car si l’iboga est considéré comme une drogue dans de nombreux pays, comme la France, plusieurs études, principalement américaines, lui ont reconnu des vertus de sevrage.

La veillée commence tard dans la nuit. La lueur tremblante des torches déforme les expressions des visages peints en rouge et blanc. Entouré de ses musiciens et de danseurs, Tatayo administre des cuillerées d’iboga au bandzi (futur initié) à intervalles réguliers. Au rythme de la harpe sacrée, il va tenter de l’aider à entrer en contact avec les esprits, peut-être même avec ses ancêtres.


Le réalisateur français Marc Caro en pleine initiation à Panga. © Laurent Sazy/Divergence-images

"Des maladies qui affectent l’esprit"

À travers des visions hallucinogènes, "l’iboga vous ramène jusque dans les origines, il vous dit qui vous êtes et quelle est la solution à votre problème", explique le Pr Henri-Paul Bourobou Bourobou, directeur de l’Institut de pharmacopée et de médecine traditionnelle (Iphamétra), lui-même initié. L’iboga est désormais inscrit au patrimoine national du Gabon et il est souvent utilisé dans la pharmacopée traditionnelle. Les chercheurs gabonais ont par exemple mis au point un gel d’iboga censé lutter contre la fatigue.

Quant à l’Iphamétra, soutenu par l’État, il produit plusieurs médicaments, notamment pour traiter les rhumatismes ou le diabète, dont le principe actif est tiré des plantes de la forêt équatoriale gabonaise. Il collabore par ailleurs avec plusieurs tradipraticiens, auxquels il envoie régulièrement des patients que la médecine occidentale n’a pu guérir. "Il y a des maladies qui affectent l’esprit et que la science n’arrive pas à expliquer mais que la médecine traditionnelle peut résoudre", souligne le Pr Bourobou Bourobou. L’exemple le plus répandu de ces maladies de l’esprit est sans doute le "fusil nocturne", qui "foudroie de l’intérieur" et qui, selon la croyance populaire, résulte d’un sort envoyé par une personne malintentionnée. Au cours de sa séance de "soins", le malade raconte ses rêves, le tradi­praticien établit un diagnostic, et une veillée s’organise. Des heures durant, on chante et on danse. En espérant se réveiller le matin avec l’esprit sain.

>> Retour au sommaire

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte