Économie

BAD : Akinwumi Adesina, un président pressé

LE PORTRAIT ECO DE LA SEMAINE. Présent sur tous les fronts lors des Assemblées annuelles de la BAD la semaine dernière, le patron de l’institution panafricaine n’a eu de cesse d’appeler à faire plus et plus vite. Au risque de froisser certains.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 1 juin 2022 à 18:01

Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement, à Paris le 10 novembre 2021. © Damien Grenon pour JA

Hôtel Kempinski à Accra, au Ghana. Mardi 24 mai 2022. Il est 18h30 en ce deuxième jour des assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD). Après une cérémonie d’ouverture, un déjeuner de haut niveau et une première réunion du conseil des gouverneurs, le président de la BAD, Akinwumi Adesina, arrive dans le hall de l’hôtel au pas de course. Derrière lui, un membre de son équipe, auquel l’un de ses collègues demande si tout va bien, répond dans un souffle : « on n’arrête pas de courir. »

Quelques minutes plus tard, le chef de l’État mozambicain, Filipe Nyusi, a rejoint le dirigeant nigérian pour assister à la signature d’une convention de soutien à un projet hydroélectrique de 1 500 MW dans le nord du pays. « Vous êtes un président pressé d’obtenir des résultats. Je suis donc votre allié. Car la banque, elle aussi, partage cette même urgence. »

À Lire BAD : inflation, crise agricole, climat… Des assemblées annuelles sous pression

La cérémonie suit son cours : applaudissements demandés pour les artisans du projet, leadership de Filipe Nyusi chaudement salué, quelques bons mots qui font rire l’assemblée. Après un discours du président Nyusi, les deux hommes quittent la salle ensemble, complices. Akinwumi Adesina reprend sa course, un dîner d’État l’attend.

être président de la BAD n’est pas un travail, c’est une mission