Politique

Tunisie-Algérie : Abdelmadjid Tebboune « recadre » implicitement Kaïs Saïed

Alors que le président Kaïs Saïed vient de confirmer par décret la tenue du référendum sur la Constitution, son homologue algérien se fait le relais de l’inquiétude de la communauté internationale face au verrouillage politique opéré par Carthage.

Réservé aux abonnés
Par - à Tunis
Mis à jour le 27 mai 2022 à 12:26

Abdelmadjid Tebboune (à g.) avec son homologue tunisien Kaïs Saïed, à Alger, le 2 février 2020. © SLIM ABID/TUNISIAN PRESIDENCY/AFP

La Tunisie s’est invitée malgré elle dans la visite d’État effectuée par le président algérien en Italie. À l’issue d’une rencontre, le 26 mai, avec son homologue italien, Sergio Matarella, Abdelmadjid Tebboune a déclaré lors d’un point presse : « Nous sommes prêts à aider la Tunisie pour sortir de la situation difficile dans laquelle elle a sombré et à retourner à la voie démocratique, tout autant que la Libye voisine. »

Il n’en fallait pas plus pour que certains Tunisiens s’insurgent face à ce qu’ils perçoivent comme une ingérence. Mais cette déclaration est une confirmation en creux que la situation en Tunisie préoccupe la communauté internationale. « Tebboune ne s’est pas exprimé ainsi par hasard, surtout depuis une capitale européenne ; c’est une façon de dire que certaines puissances, probablement l’Europe et les États-Unis, s’accordent à vouloir siffler la fin de la partie engagée par le président tunisien, Kaïs Saïed avec son offensive sur le pouvoir de juillet 2021″, remarque un diplomate.