Sécurité

Niger – Mali : frontières bien gardées

| Par Jeune Afrique
Un chasseur français Rafale au-dessus du Mali, le 15 janvier 2013.

Un chasseur français Rafale au-dessus du Mali, le 15 janvier 2013. © Nicolas-Nelson Richard/ECPAD/AFP

Patrouilles communes, drones, chasseurs… Le Niger collabore activement avec le Mali et la France pour sécuriser ses frontières.

Le Niger est prêt à tout pour sécuriser ses frontières, même à accueillir sur son sol des troupes étrangères et à expérimenter des dispositifs inédits. Depuis quelques jours, certains de ses soldats effectuent avec des collègues maliens et français des patrouilles de reconnaissance dans le nord-ouest du pays, à la frontière avec le Mali. Un dispositif similaire sera bientôt mis en place dans le nord-est du pays, à proximité du Tchad. Ces patrouilles seront composées de soldats nigériens, tchadiens et français. Par ailleurs, depuis la visite à Niamey, début janvier, de Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la Défense, on en sait un peu plus sur le dispositif qui se met peu à peu en place au Niger. Outre les deux drones Reaper récemment acquis par la France et les drones Harfang qui opèrent dans le Sahel depuis près d’un an, un avion de surveillance Atlantique 2 et des chasseurs y seront bientôt déployés. Les Français, qui devraient être à terme au nombre de 270, sont installés sur la base aérienne de Niamey.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer