Politique

OIF : quand les Qataris jouent les pingres

L'émir du Qatar, cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani.

L'émir du Qatar, cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani. © Mohammed al-Shaikh/AFP

Depuis deux ans, le Qatar refuse d’acquitter sa cotisation obligatoire de membre associé à l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Qui n’est pourtant que d’environ 600 000 euros par an…

Lors du sommet de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), à Kinshasa, en octobre 2012, le Qatar avait fait des pieds et des mains pour obtenir le statut de membre associé sans passer par celui d’observateur comme c’est pourtant la règle. À l’époque, ce passe-droit avait suscité une vive polémique… Or, depuis deux ans, l’émirat refuse d’acquitter sa cotisation obligatoire : environ 600 000 euros par an, selon un barème élaboré par l’OIF il y a huit ans. Une posture surprenante pour un pays réputé pour sa prodigalité tous azimuts ! D’autant qu’il ne pouvait ignorer le montant, pas franchement astronomique, de sa cotisation lors du dépôt de sa candidature. Pour rappel, l’OIF compte cinquante-sept membres, dont trois membres associés.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte