Politique

Libye : les frères rebelles de Cyrénaïque

| Par Jeune Afrique
Une raffinerie libyenne, à Zawiya, en août 2013.

Une raffinerie libyenne, à Zawiya, en août 2013. © Mahmud Turkia/AFP

Les frères Khaled et Ibrahim el-Jadhran sont au centre du mouvement de protestation qui a abouti au blocage de terminaux pétroliers dans l’est de la Libye. Mais le premier est en fuite et est recherché par Interpol.

Interpol a lancé un mandat d’arrêt international contre Khaled el-Jadhran, 39 ans, frère d’Ibrahim el-Jadhran, le chef milicien qui bloque depuis le mois de juillet les terminaux pétroliers dans l’est de la Libye, infligeant de très lourdes pertes – plus de 10 milliards de dollars – à l’État central. Il est accusé de « participation au vol par la contrainte et la saisie de fonds publics par la force des armes et appartenance à une organisation criminelle ». Ancien secrétaire général de l’Union des jeunes libyens, Khaled a, au tout début de la Révolution, en 2011, oeuvré à la libération de ses sept frères incarcérés à Tripoli. Il passe pour l’un des « cerveaux » du mouvement de protestation symbolisé par Ibrahim – lequel, en novembre, a mis en place en Cyrénaïque un gouvernement autonome qui refuse l’autorité de Tripoli. Khaled el-Jadhran est actuellement en fuite dans un pays voisin.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte