Économie

Algérie : après le Sénégal, la start-up Yassir veut installer ses chauffeurs en Afrique de l’Ouest

Les services de chauffeurs et livraison de la start-up maghrébine seront lancés en Côte d’Ivoire, au Bénin et au Togo d’ici à la fin de juin, assure son fondateur, Noureddine Tayebi.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 30 mai 2022 à 16:04

Des employés au sein du centre d’appel de la start-up de livraisons Yassir, à Alger, le 23 février 2022. © RYAD KRAMDI/AFP.

Après avoir essaimé en Afrique du Nord, Noureddine Tayebi poursuit la construction minutieuse de son réseau au sud du Sahara. Le fondateur de Yassir, qui a annoncé le lancement de ses services à Dakar à la mi-mars, planche d’ores et déjà sur l’arrivée de son entreprise en Côte d’Ivoire, au Bénin et au Togo. « C’est imminent, nous devrions avoir lancé les opérations d’ici à la fin de juin », affirme-t-il à Jeune Afrique, assurant que les grands marchés anglophones font également partie de sa feuille de route.

Conformément à sa stratégie dévoilée il y a quelques mois, Yassir diversifie son offre et vient de lancer au Maroc, en Tunisie et en Algérie un service de centrale d’achat (Yassir Trading) sur le modèle de concurrents comme l’égyptien MaxAB ou le nigérian TradeDepot. En parallèle, la start-up qui revendique plus de 5 millions d’utilisateurs actifs – principalement au Maghreb – propose un service de livraison rapide de courses ménagères (Yassir Express) via des petits entrepôts (« darkstore ») quadrillant les quartiers des villes où l’offre est disponible.

À Lire E-commerce : en Afrique, l’heure de la consolidation a-t-elle déjà sonné ?

Une nouvelle levée de fonds en cours