Économie

Côte d’Ivoire, RDC, Égypte : les résilients de la croissance africaine selon la BAD

Confrontée aux conséquences de trois crises – la pandémie de Covid-19, la guerre en Ukraine et le changement climatique – la croissance africaine doit se limiter à 4,1 %, selon la Banque africaine de développement. Mais certains pays font preuve de résistance.

Réservé aux abonnés
Par - envoyée spéciale à Accra
Mis à jour le 26 mai 2022 à 17:11

Assemblée annuelle de la BAD, en 2022. © AfDB

Une reprise très contrariée, c’est ce qui arrive aux économies africaines. Le constat, déjà dressé par le Fonds monétaire international (FMI) le mois dernier lors de la publication de ses perspectives pour l’Afrique subsaharienne, vient d’être confirmé par la Banque africaine de développement (BAD).

Selon ses perspectives, le produit intérieur brut (PIB) du continent, qui avait rebondi l’an passé à 6,9 %, ne progressera que de 4,1% cette année et devrait stagner à ce niveau en 2023, résultat de la combinaison des effets de long terme de la pandémie de Covid-19 et des tensions récentes provoquées par la guerre en Ukraine.

À Lire BAD : inflation, crise agricole, climat… Des assemblées annuelles sous pression

Les chiffres, présentés lors des assemblées annuelles de l’institution panafricaine qui se tiennent jusqu’à vendredi 27 mai à Accra, « sont soumis à une forte incertitude, avec des risques plutôt défavorables », souligne la BAD dans son rapport, présenté par Kevin