Société

Pap Ndiaye, Kylian Mbappé… Quand la France prononcera-t-elle enfin ces noms correctement ?

Papé Ène-Diaye, Kylian Ème-Bappé, Denis Sassou Ène-guesso… En France, ces patronymes sont souvent écorchés. Comme si l’apprentissage des usages linguistiques et phonétiques africains était un défi insurmontable…

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 25 mai 2022 à 15:54
Mehdi Ba

Par Mehdi Ba

Journaliste, correspondant à Dakar, il couvre l'actualité sénégalaise et ouest-africaine, et plus ponctuellement le Rwanda et le Burundi.

Kylian Mbappé prolonge son contrat au PSG jusqu’en 2025 © FRANCK FIFE / AFP

Au premier abord, ils n’ont rien en commun, si ce n’est leur métissage franco-africain et leur naissance en région parisienne. L’un est un universitaire reconnu, spécialiste de la communauté africaine-américaine aux États-Unis, qui vient de faire son entrée dans le gouvernement d’Élisabeth Borne en tant que ministre de l’Éducation nationale ; l’autre est un footballeur surdoué qui fait les beaux jours de l’équipe de France et continuera d’évoluer au Paris-Saint-Germain (PSG) après avoir été courtisé avec insistance par le Real Madrid.

Le premier a des origines à la fois françaises et sénégalaises ; l’autre est le fils d’un père né à Douala (Cameroun) et d’une mère d’origine algérienne, elle-même née à Bondy (Seine-Saint-Denis).

Ène-golo Kanté ou Abdoulaye Vade

Mais au cours de la semaine écoulée, un point en commun a réuni Kylian Mbappé et Pap Ndiaye : l’incapacité congénitale des