Économie

Attijariwafa Bank : ce que signifie le mini-remaniement au sein du leader bancaire marocain

Le premier groupe bancaire du royaume nomme de nouveaux responsables à des postes stratégiques. Cap vers 2025 pour consolider sa position en Afrique et booster sa transition numérique. Explications.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 23 mai 2022 à 18:08

Le siège de la banque Attijariwafa à Casablanca, le 19 avril 2015. © TO GO WITH AFP STORY BY SEVERINE ROUBY A picture taken on April 19, 2015 shows the headquarters of Moroccan bank Attijariwafa in Casabalanca. AFP PHOTO /FADEL SENNA (Photo by FADEL SENNA / AFP)

Changement dans l’état-major d’Attijariwafa Bank. Après plus de trois décennies passées à la banque royale, Omar Bounjou cède son poste de directeur général délégué à Hassan Bertal, désormais en charge du pôle « Banque de détail Maroc et Europe ». Ancien directeur régional du grand Casablanca, ce cadre chevronné avait occupé plusieurs fonctions à responsabilités : directeur général adjoint en charge du marché de l’entreprise, directeur général d’Attijariwafa Bank Europe puis d’Attijari Bank Tunisie et directeur de la transformation, département rattaché à la présidence dès sa création en 2016.

À Lire [Classement] Les 200 premières banques africaines : Standard Bank, Attijari, BMCE, Ecobank font la preuve de leur résilience

Réuni le 17 mai, le conseil d’administration a approuvé également la nomination de deux directeurs généraux délégués : Hassan El Bedraoui et Youssef Rouissi, tous deux membres du comité exécutif du numéro un bancaire marocain. Ancien DG adjoint en charge de la transformation, de l’innovation, des technologies et des opérations du groupe, El Bedraoui monte ainsi dans la hiérarchie sans changer de département qu’il la rejoint en 2018. Avant cela, il avait officié comme responsable du marché des MRE (Marocains résidents à l’étranger).

Consolidation locale…

Haut cadre d’Attijari avant la fusion avec la Banque Commerciale du Maroc (BCM), où il avait été recruté en 1997 comme directeur de la banque d’affaires Attijari Finances Corp, Youssef Rouissi poursuit aussi son ascension au sein du pôle « Corporate & Investment Banking », dont il était le directeur général adjoint depuis février 2020. Comme Hassan Bertal, il est passé, en 25 ans, par plusieurs de départements stratégiques de cette filiale du holding royale Al Mada : directeur de la « banque des particuliers et des professionnels » entre 2005 et 2008, avant d’hériter de la direction de la banque de financement jusqu’en 2012, année au cours de laquelle il a été propulsé au poste de directeur général adjoint en charge de la Banque de financement et d’investissement, fonction qu’il n’a quittée qu’en 2020.

… et extension panafricaine

En parallèle à ces promotions en interne au Maroc, le groupe a nommé ce 23 mai Daouda Coulibaly, ancien DG de la société ivoirienne de banque (SIB), en tant que directeur général adjoint. Le banquier ivoirien était, depuis mai 2021, à la tête de Attijari West Africa, une antenne régionale qui contrôle cinq filiales.

Malgré deux ans de crise du Covid-19, pendant lesquels les banques ont été fortement sollicitées par l’État afin de soulager la trésorerie des entreprises, les performances d’Attijariwafa Bank n’ont pas fléchi, comme en témoigne encore son résultat net bancaire au premier trimestre, qui s’est établi à quelque 620 millions d’euros. Soit une hausse de 6,9 % par rapport à la même période de 2021.

Ambitions 2025

C’est d’ailleurs en pleine pandémie que le premier groupe bancaire au Maroc a mis sur pied une nouvelle stratégie que la nouvelle équipe devra mettre en application. Baptisé @mbitions 2025, le plan quinquennal vise d’abord à fortifier la position de la banque en tant que leader africain et à s’étendre dans d’autres pays. C’est ainsi que la banque dirigée par Mohamed El Kettani a ouvert en avril sa première filiale au Tchad, renforçant ainsi son implantation en Afrique centrale – elle était déjà présente au Congo, au Cameroun et au Gabon.

À Lire Maroc – BCP, Attijariwafa, BOA : bataille serrée en Afrique de l’Ouest

Autre axe majeur de la nouvelle stratégie : la transition numérique à travers de nouveaux canaux d’interaction avec la clientèle. Lors de la présentation de ses résultats annuels en février, le groupe formulait l’ambition de parvenir à la « consolidation de la construction d’une banque relationnelle et citoyenne de référence, innovante, agile, compétitive et tirant profit de la transformation numérique, du Big-Data ainsi que des synergies entre toutes les composantes du Groupe ».