Économie

Abidjan, Bamako et plus si affinités : Corsair n’a pas renoncé à l’Afrique

Le transporteur français revient au Mali en juin, augmente ses fréquences vers la Côte d’Ivoire et n’exclut pas de lancer de nouvelles lignes sur le continent.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 27 mai 2022 à 10:14

Corsair s’apprête à relancer, le 16 juin, la ligne Paris-Bamako, brièvement desservie de janvier 2018 à septembre 2019. © Corsair.

Cette fois, le scénario dakarois ne se reproduira pas. Alors qu’en 2019 le Sénégal avait repris à Corsair ses droits d’exploitation sur la ligne aérienne Dakar-Paris pour les confier à sa compagnie nationale, Air Sénégal, Pascal de Izaguirre, PDG de la compagnie française, assure ne pas s’inquiéter des ambitions hexagonales d’Air Côte d’Ivoire.

À Lire Air Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara à la manœuvre pour renforcer les liaisons de la compagnie

D’abord, parce que le Paris-Abidjan de Corsair est exploité sur les droits de trafic français. Ensuite, parce que le dirigeant français, invité régulier de Dominique Ouattara lors des galas de la fondation Children of Africa dont la compagnie est partenaire, affiche sa confiance dans la politique libérale d’Alassane Ouattara en matière aérienne.

Enfin, parce que si l’ambition d’Air Côte d’Ivoire semble réelle, ses premiers vols vers Paris ne sont pas attendus avant 2024. « Je traite les problèmes au jour le jour », assure Pascal de Izaguirre, qui n’a pas souhaité se projeter vers un scénario « encore hypothétique ».

Dynamisme de l’axe Paris-Orly Abidjan