Politique

Cameroun : deux employés de MSF remis en liberté provisoire

Ces membres du personnel camerounais de l’ONG avaient été arrêtés en décembre et écroués à Buéa, dans le sud-ouest anglophone.

Par
Mis à jour le 22 mai 2022 à 10:13

Ambulance de MSF Cameroun. © msf.org

Deux employés camerounais de Médecins sans frontières, arrêtés fin décembre et détenus dans la zone anglophone du Cameroun en proie à un conflit séparatiste, ont été remis en liberté provisoire le 19 mai, a annoncé l’ONG dans un communiqué.

À Lire Cameroun : cinq employés de MSF enlevés dans le Nord

Début avril, MSF avait officiellement annoncé la suspension de ses activités humanitaires dans la région du sud-ouest anglophone en raison de la détention de quatre employés locaux accusés de « complicité » avec les séparatistes.

Dialogue

Le 27 décembre 2021, deux membres du personnel de MSF avaient été arrêtés après avoir pris en charge un patient blessé par balle dont l’état de santé nécessitait « une assistance urgente », avant d’être écroués à Buéa, le chef-lieu de la région du sud-ouest.

Deux autres collaborateurs de l’ONG sont toujours détenus. « Nous espérons une résolution similaire de leur cas », a déclaré l’ONG qui dit rester ouverte au dialogue avec les autorités camerounaises dans la perspective d’une reprise de ses activités.

Collusion

Fin 2020, le gouvernement camerounais avait déjà suspendu les opérations de MSF dans le nord-ouest, la deuxième région anglophone du pays, accusant ses équipes médicales de « collusion » et de « complicité » avec les groupes armés séparatistes.

À Lire Cameroun : Paul Biya, éternellement président ?

Dans ces deux régions, où vit l’essentiel de la minorité anglophone d’un pays majoritairement francophone dirigé d’une main de fer depuis près de 40 ans par l’indéboulonnable Paul Biya, 89 ans, l’armée et des groupes séparatistes s’affrontent presque quotidiennement depuis plus de quatre ans.

Le conflit a fait plus de 6 000 morts et forcé plus d’un million de personnes à fuir leur domicile, selon International Crisis Group (ICG).

(avec AFP)