Politique

Allemagne : Aydan Özoguz, première ministre d’origine turque

Aydan Özoguz, fille de commerçants turcs née à Hambourg il y a 46 ans. © Christian Thiel/AP/Sipa

Chargée des Migrations, des Réfugiés et de l'Intégration dans le nouveau gouvernement de grande coalition, Aydan Özoguz est d'origine turque - une première. Son objectif prioritaire : l'instauration de la double nationalité.

La constitution du nouveau gouvernement CDUSPD d’Angela Merkel a apporté son lot de surprises. Les principales sont assurément la nomination d’une femme, Ursula von der Leyen, au ministère de la Défense, et celle d’une Allemande d’origine turque, Aydan Özoguz (46 ans), à celui des Migrations, des Réfugiés et de l’Intégration. C’est évidemment une première, dont l’intéressée, née à Hambourg en 1967, ne minimise pas l’importance symbolique. "Nous envoyons un signal fort, celui de la normalisation de la politique de ce pays. Il est tout à fait normal qu’en Allemagne une personne avec un nom différent et compliqué puisse siéger au gouvernement", souligne-t-elle, songeant naturellement à son propre patronyme.

Elle était soutenue par Sigmar Gabriel, le vice-chancelier social-démocrate, mais c’est sa parfaite connaissance des questions d’immigration et d’intégration qui a convaincu Angela Merkel de la nommer à ses côtés, épilogue provisoire d’une carrière fulgurante. À l’université, où elle étudie la civilisation anglaise, l’espagnol et les sciences économiques, cette fille de commerçants arrivés en Allemagne dans les années 1950 s’engage dans une association d’étudiants turcs de Hambourg, dont elle assurera la présidence pendant deux ans. Ensuite, de 1994 à 2009, elle coordonne divers projets d’intégration pour la Fondation Körber et siège dans plusieurs institutions en lien avec l’islam et/ou la communauté turque.

À cheval entre deux cultures, Özoguz assume sans complexe cette dualité.

Repérée par Olaf Scholz, le maire SPD de Hambourg, Aydan Özoguz adhère au parti en 2004. Cinq ans plus tard, elle est élue députée. Discrète et sobre, elle siège à la commission de la famille, où elle s’occupe plus spécialement de la protection des jeunes et des nouveaux médias. Très vite, son profil séduit la direction, qui, désireuse de promouvoir la diversité dans les rangs du parti, lui confie la charge des questions relatives à l’intégration, puis, en 2011, la vice-présidence. L’attente de la communauté turque à son égard devient dès lors énorme. Elle espère notamment que le principe de la double nationalité sera rapidement adopté, même si, dans un premier temps, il ne concernera que les jeunes nés et élevés en Allemagne. "Le meilleur reste à venir", tente de la rassurer Özoguz. "Il aurait été encore mieux qu’une ministre née de parents turcs hérite d’un autre portefeuille que celui de l’Intégration, parce que là, cela donne un peu l’impression qu’elle n’a obtenu le poste qu’en raison de ses origines", commente pour sa part Kenan Kolat, président de la communauté turque d’Allemagne.

Fière de ses origines turques et de sa nationalité allemande

À cheval entre deux cultures, Özoguz assume sans complexe cette dualité : elle qui se dit fière de ses racines turques tout autant que de sa nationalité allemande, acquise en 1989. Musulmane pratiquante et parlant couramment le turc, elle est mariée à un catholique, Michael Neumann, conseiller à la municipalité de Hambourg. Le couple élève sa fille dans les deux religions. Mais Aydan a été contrainte de prendre ses distances avec ses deux frères, Yavuz et Gürhan, dont le radicalisme religieux risquait de mettre en péril son ascension politique…

Outre l’instauration de la double nationalité, Özoguz va s’attacher à revaloriser la place de l’islam dans la société allemande, sans naturellement négliger d’autres problèmes, comme l’afflux de salariés en provenance de l’est et du sud de l’Europe, mais aussi celui de réfugiés syriens demandeurs d’asile auquel le pays a bien du mal à faire face.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte