Politique

Burkina Faso : pour Blaise Compaoré, les démissionnaires sont des « traîtres »

| Par Jeune Afrique
Blaise Compaoré.a

Blaise Compaoré.a © Nyaba Ouédraogo pour JA.

En coulisses, le président burkinabè, Blaise Compaoré, a commenté, non sans amertume, la démission de Roch Marc Christian Kaboré, Salif Diallo et Simon Compaoré.

Confidence de Blaise Compaoré à un proche, quelques jours après la démission de trois barons de son régime, Roch Marc Christian Kaboré, Salif Diallo et Simon Compaoré : "Ils n’étaient que des seconds couteaux [sous la révolution] quand je les ai fait émerger, et voilà qu’ils me trahissent !" Le président du Faso est d’autant plus "déçu" qu’il ne croyait plus à ce scénario évoqué par la presse depuis des mois. "Il avait fini par se convaincre que Roch ne franchirait jamais le pas", estime son confident. Le 3 janvier, veille de sa démission, il avait même reçu son ancien lieutenant au palais de Kosyam, afin de trouver un arrangement et d’éviter le clash. "Trop tard", lui avait répondu celui-ci.

>> Lire aussi : le CDP contre-attaque en créant un "Front républicain"

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer