Politique

Côte d’Ivoire : le message d’Adama Bictogo à Albert Mabri Toikeusse

Le président de l’UDPCI est aujourd’hui courtisé par le parti d’Alassane Ouattara. Et c’est Adama Bictogo qui a joué les intermédiaires.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 17 mai 2022 à 18:13

Albert Mabri Toikeusse, le patron de l’UDPCI, a reçu la visite d’Adama Bictogo. Albert Mabri Toikeusse (Cote d’Ivoire), president de l’Union pour la democratie et pour la paix en Cote d’Ivoire (UDPCI), ministre de l’enseignement superieur et de la recherche scientifique. A Abidjan, le 1.06.2018. © Issam Zejly pour JA

Courant avril, Adama Bictogo, le secrétaire exécutif du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), alors président par intérim de l’Assemblée nationale, s’est rendu à la résidence d’Albert Mabri Toikeusse, afin de tenter de le convaincre de revenir au sein du parti. Il a dit être l’envoyé d’Alassane Ouattara. Les échanges ont été courtois.

Rendez-vous avec Ouattara

Le patron de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI) a été sensible à cette démarche, mais il a préféré réserver sa réponse au chef de l’État. Comme convenu lors de l’entretien qu’ADO lui a accordé, à sa demande, le 22 mars au palais présidentiel, celui-ci doit en effet le recevoir à nouveau dans quelques semaines. L’opposant, également député et président du groupe parlementaire de son parti, l’UDPCI, avait plaidé pour l’entrée de ce dernier au bureau de l’Assemblée nationale. Mais à la rentrée parlementaire du 1er avril, cette adhésion n’était toujours pas concrétisée.

À Lire Côte d’Ivoire : ce qu’Albert Mabri Toikeusse a dit à Alassane Ouattara

Albert Mabri Toikeusse n’a, pour le moment, pas prévu de réintégrer le RHDP. Il souhaite en effet éviter une fronde des militants de sa formation, laquelle est solidement implantée dans l’ouest montagneux. Plusieurs responsables de partis d’opposition ont en effet provoqué le mécontentement de leur base en ralliant la formation présidentielle. Ce fut notamment le cas au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) pour Patrick Achi, Amédé Koffi Kouakou ou encore Jeannot Ahoussou-Kouadio.

Mais l’UDPCI réfléchit à une telle alliance en vue des élections locales de 2023, dont les dates n’ont pas encore été fixées. Fondé par l’ancien général putschiste Robert Gueï, ce parti a toujours été un allié du Rassemblement des Républicains (RDR), l’ancienne formation d’Alassane Ouattara. Mais des divergences sur le choix des candidats aux élections législatives de 2016 et surtout, de la présidentielle de 2020, avait fait basculer le parti d’Albert Mabri Toikeusse dans le camp de l’opposition.