Société

Ce qui ne s’est pas passé en 2013

Par

Ecrivain

Quelqu’un reprocha un jour à Voltaire le fait qu’il se répétait souvent.

– Cessez de faire les mêmes bêtises, je cesserai de me répéter en les dénonçant, répliqua le grand Arouet.

Toutes proportions gardées (n’est pas Voltaire qui veut), c’est le sentiment qui m’étreint en chaque début d’année quand j’observe le déluge de prévisions, de prédictions, d’horoscopes, etc., qui nous ensevelit. Y a-t-il encore des benêts pour y croire ? Il semble que oui, malheureusement, et il faut donc se répéter, chaque année, en en montrant l’inanité.

Dans le magazine Maroc Hebdo daté du 10 janvier 2013, page 26, un certain Abdelaziz El Kh…, "grand" astrologue marocain dont l’antichambre ne désemplit pas, paraît-il, tant ses prédictions sont recherchées, exposa de façon péremptoire ce qui allait advenir en 2013. Cette belle année ayant passé, voyons voir ce que valait la science de ce monsieur.

"En Syrie, la guerre civile prendra fin en mars 2013." Excellente nouvelle. Cependant, la paix retrouvée a fait plusieurs dizaines de milliers de morts depuis mars, à croire que la paix est bien plus meurtrière que la guerre. Le devin concluait ainsi : "Bachar al-Assad sera capturé par les rebelles." Certes, certes, mais son sosie règne toujours à Damas. On n’est pas plus avancés.

"Barack Obama échappera à de nombreux attentats terroristes." Oui, mais que signifie "nombreux" ? Sept ? Six ? Cinq ? Quatre ? Pourquoi "nombreux" ne commencerait-il pas avec "zéro" ? Notre mage avait raison. (Et moi j’ai de nombreux milliards à la banque.)

"Algérie : Bouteflika se retirera au profit d’une personnalité civile choisie par l’armée." Il faut vraiment être de mauvaise foi (comme vot’ serviteur) pour contester que cette prédiction se soit effectivement réalisée en 2013. En effet, rien n’interdit de considérer qu’Abdelaziz Bouteflika a cédé la place à Bouteflika Abdelaziz. La preuve : c’est bien ce dernier qui est au pouvoir, non ? Aaaalors ?

"Catastrophes naturelles : le Maroc, l’Algérie et la Tunisie connaîtront de violents séismes." Effectivement, ils sont violents, les séismes indétectables sur l’échelle de Richter. Tiens, il vient tout juste de s’en produire un, là, à l’instant. Nom d’une pipe, il est fort, ce sorcier.

"Le leader du Polisario succombera cette année à un cancer." On peut prendre ses désirs pour de futures réalités mais il faut éviter de les donner pour des certitudes. Ou alors, il faut s’entourer d’un peu de mystère, m’sieur le druide. Par exemple, vous auriez pu dire : "Cette année, peut-être, un type que je ne nommerai pas succombera, ou non, à une maladie dont je me garderai bien de prononcer le nom."

Vous me dites : "Mais à ce compte-là tout le monde peut faire des prédictions ! C’est n’importe quoi !"

Je ne vous le fais pas dire…

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte