Diplomatie

Maroc : Mbarka Bouaida, une Sahraouie à Addis

La ministre marocaine déléguée aux Affaires étrangères, Mbarka Bouaida. © AFP

En marge du sommet 22e sommet de l'Union africaine (24-31 janvier à Addis-Abeba), la ministre marocaine déléguée aux Affaires étrangères, Mbarka Bouaida, a multiplié les entrevues.

Elle était la benjamine du Parlement marocain. Elle est devenue en octobre dernier, à 38 ans, l’une des plus jeunes membres du gouvernement Benkirane II. Mbarka Bouaida, ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères, plus spécialement chargée des relations avec le continent, s’est rendue à Addis-Abeba en marge du 22e sommet de l’Union africaine. Son pays a quitté en 1984 l’Organisation de l’unité africaine (OUA, l’ancêtre de l’institution continentale) pour protester contre l’adhésion de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Il n’y est jamais revenu. Ce qui ne l’empêche pas de continuer à s’intéresser de près aux affaires du continent, où il compte de nombreux amis, à l’image du Sénégal, du Gabon ou, maintenant, du Mali.

Ambiguïtés

Installée dans une suite de l’hôtel Sheraton, cette polyglotte, titulaire d’un MBA de la Hull University (Royaume-Uni), a multiplié les rencontres pour élargir le rayonnement de la diplomatie chérifienne : Tanzanie, Angola, Kenya, Togo, Bénin, Ouganda, Rwanda, Nigeria. Aucun contact, en revanche, avec la Commission de l’UA depuis que la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma la préside. "Madame Zuma essaie d’impliquer l’UA dans le processus de négociations pour trouver une solution au problème du Sahara. Nous considérons que cette démarche est déplacée. La communauté internationale dans son ensemble soutient un processus existant, sous l’égide du Conseil de sécurité des Nations unies. Un plus grand nombre d’acteurs ne fera que semer la confusion et augmenter les ambiguïtés."

>> À lire aussi : Union africaine, l’avenir avec des lunettes roses

Un retour du Maroc au sein de l’organisation continentale est-il envisageable, en cas de gel de l’adhésion de la RASD ? "Nous sommes prêts à écouter toute proposition venant de l’UA, si proposition il y a, et si bien entendu celle-ci va dans le sens de nos conditions, c’est-à-dire le respect de la souveraineté du Maroc." Précision qui a son importance : née non loin de Guelmim, Mbarka Bouaida revendique fièrement ses origines sahraouies.

________

Samy Ghorbal, envoyé spécial à Addis-Abeba

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte