Politique

Algérie : Abdelmadjid Tebboune insatisfait du rendement des ministres

L’heure est à l’évaluation des membres du gouvernement d’Aymen Benabderrahmane dans la perspective d’un remaniement imminent.

Réservé aux abonnés
Par - à Alger
Mis à jour le 14 mai 2022 à 16:19

Le président Abdelmadjid Tebboune. © REUTERS/Ramzi Boudina

« Certains ministres ont échoué. Pourtant tous sont titulaires de trois ou quatre diplômes universitaires, mais ils manquaient d’expérience […]. Nous avons désigné des ministres qui faisaient de la théorie sur les plateaux de télévision, mais dès qu’ils ont pris des postes de responsabilité, il n’y a rien eu ! »

Lors de la rencontre périodique avec des représentants de la presse nationale diffusée le 23 avril, le président Abdelmadjid Tebboune n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. Le chef de l’État se livre ces dernières semaines à un véritable audit du gouvernement d’Aymen Benabderrahmane, se proposant par exemple de comparer « ce qui a été décidé en conseil des ministres et ce qui a été réellement appliqué sur le terrain ».

Des déclarations qui laissent augurer un nouveau remaniement ministériel, dont le premier critère serait « l’efficacité », selon le président algérien. Il s’agirait aussi, toujours selon Abdelmadjid Tebboune, de sélectionner des profils qui n’ont pas été « pollués par le règne de la issaba [la bande, c’est-à-dire l’entourage de Abdelaziz Bouteflika, ndlr] ».

Inertie