Économie

Le Cameroun et le Tchad se disputent la présidence de la BDEAC

Le Tchad conteste la nomination par le Cameroun du nouveau président de la Banque de développement régionale et exige le respect du principe de rotation. 

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 13 mai 2022 à 17:59

Siège BDEAC, Brazzaville.© Baudouin Mouanda Siège BDEAC, Brazzaville. © Baudouin Mouanda

Une vidéo de la présidence tchadienne dans laquelle s’expriment Hamid Tahir Nguilin, le ministre tchadien des Finances et du Budget, et son homologue de l’Économie, Mahamat Hamit Koua, remet en cause la nomination, le 13 avril dernier, du Camerounais Dieudonné Evou Mekou comme président de la Banque de développement de l’Afrique centrale (BDEAC).

Pas de consultations

« Nous avons appris avec une certaine surprise qu’un changement va s’opérer avec la nomination d’un nouveau président. Le Tchad, qui est membre historique de cette banque et qui est par ailleurs dépositaire des textes de la communauté, s’en tient au respect desdits textes et des procédures pour ce qui concerne la nomination des dirigeants de nos organisations. Ces nominations obéissent à un critère de rotation par ordre alphabétique. Le Tchad n’a pas dirigé la BDEAC depuis longtemps. Son tour est venu […] Le Tchad n’a pas