Économie

Brasseries du Cameroun : pourquoi Emmanuel de Tailly a jeté l’éponge

La démission du dirigeant français vient d’être officialisée. De nombreuses défaillances ont conduit à un audit de sécurité dans l’entreprise et précipité le départ du représentant du groupe Castel au Cameroun.

Réservé aux abonnés
Par - à Yaoundé
Mis à jour le 12 mai 2022 à 18:38

SABC-Brasseries du Cameroun, à Douala. SABC Douala. Brasseries du Cameroun © Nicolas EYIDI pour JA

Trêve de rumeur, les choses sont désormais officielles. Un mois après que le conseil d’administration de la Société anonyme des brasseries du Cameroun (SABC) a accepté la démission d’Emmanuel de Tailly, le 13 avril à Paris, la nouvelle a été rendue publique. Le Français sera remplacé par son compatriote Stéphane Descazeaud, qui prendra les rênes du leader du secteur brassicole dès le 1er juillet.

Cette décision vient mettre un terme à un feuilleton de plus d’un mois. Selon des indiscrétions, Emmanuel de Tailly aurait présenté sa démission à Pierre Castel, dont le groupe contrôle 90 % du tour de table, à la fin du mois de février, qui l’aurait refusée. Ce qui n’a pas entamé sa détermination. Une décision prise sur « un coup de tête » pour marquer son agacement face à certaines négligences en matière de sécurité. Ayant fait de la qualité-hygiène-sécurité-sûreté-environnement (QHSSE) l’un