Économie
Le président burundais Evariste Ndayishimiye tient le drapeau national lors de sa cérémonie d’investiture à Gitega, le 18 juin 2020. © CHINE NOUVELLE/SIPA.

Cet article est issu du dossier

Burundi : petit État, grandes ambitions

Voir tout le sommaire
Économie

Burundi : le mobile money gagne du terrain

Peu de Burundais ont un compte en banque, mais ils sont de plus en plus nombreux à disposer d’un abonnement téléphonique. Une aubaine pour les acteurs du mobile banking.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 31 mai 2022 à 12:46

Entre le deuxième et le troisième trimestre 2021, le montant des transferts de personne à personne a augmenté de 29 %. © BANCOBU

Le long des grandes avenues de Bujumbura, il n’est pas rare de rencontrer des jeunes vêtus de gilets bleus ou jaunes proposant des transactions de mobile money pour le compte d’Ecocash ou de Lumicash, les deux sociétés qui ont pignon sur rue en ce moment.

Cette activité est même devenue, pour les jeunes diplômés qui ne trouvent pas de travail, un moyen courant de gagner sa vie en attendant mieux, si bien que le nombre de ces prestataires de rue est estimé à 15 000. Chacun propose une large gamme de services : dépôt, retrait et transfert d’espèces, achat d’unités de téléphonie et même crédit.

Faible bancarisation

Au Burundi, le secteur des télécommunications a été libéralisé dès 1997. Les premiers opérateurs ont vu le jour deux ans plus tard : Telecel Burundi devenu U-com, Spacetel devenu Econet Wireless, et Africell qui n’existe plus. À l’époque, personne n’imagine que le téléphone puisse devenir un porte-monnaie. Il aura fallu dix ans pour que germe l’idée des services financiers numérisés.