Économie

Le bitcoin perd ses gains de 2022 et rebascule sous les 30 000 dollars

Particulièrement volatil, le marché des cryptomonnaies a, ces derniers mois, perdu la moitié de sa valeur… au moment où la Centrafrique semble bien décidée, envers et contre tous, à s’engager dans cette voie.

Par
Mis à jour le 11 mai 2022 à 07:47

Le marché total est évalué à un peu plus de 1 500 milliards de dollars, contre 3 000 milliards à son plus haut. © Licence CC

Le bitcoin, la principale cryptomonnaie, a vu ses gains des derniers mois s’évaporer et son prix retomber sous les 30 000 dollars, les investisseurs fuyant les actifs à risque dans le contexte incertain de la guerre en Ukraine.

À 29 764 dollars, ce 10 mai, le bitcoin s’échangeait à un niveau qu’il n’avait plus vu atteint depuis juillet 2021, en recul de 57 % par rapport à son record historique atteint en novembre dernier.

Dégringolade générale

Une dégringolade qui signifie que la grande majorité des fonds et des personnes détenant des bitcoins achetés l’année dernière subissent actuellement des pertes.

Les autres cryptomonnaies ne font pas mieux : le marché total est évalué à un peu plus de 1 500 milliards de dollars, contre 3 000 milliards à son plus haut, selon les données du site CoinGecko, qui recense plus de 13 000 cryptomonnaies.

À Lire Bitcoin, akoin, ubuntu… L’Afrique peut-elle faire confiance aux cryptomonnaies ?

Les déboires du secteur sont liés à la prudence accrue des investisseurs, inquiétés par la guerre en Ukraine, les confinements en Chine et le resserrement de la politique monétaire aux États-Unis.

Corrélation avec la Bourse

Résultat, les investisseurs délaissent la Bourse et, surtout, les actions des entreprises technologiques, dont les performances avaient été dopées par les politiques monétaires accommodantes mises en œuvre pendant la pandémie, ainsi que par des paris sur des croissances à long terme.

Or, « la corrélation du bitcoin avec le Nasdaq », indice boursier américain à forte coloration technologique, « est au plus haut », notent les analystes de Kaiko, start-up spécialisée dans les cryptomonnaies qui fournit aux entreprises et aux institutionnels l’ensemble des données relatives au secteur.

À Lire Visionnaire ou suicidaire ? La Centrafrique fait le choix du bitcoin

Difficile néanmoins de savoir dans quelle direction le bitcoin va évoluer, tant la volatilité des cryptoactifs a été prouvée.

En 2021, le bitcoin était temporairement passé sous le seuil de 30 000 dollars à deux reprises, en juin et en juillet, avant de repartir de plus belle pour toucher son plus haut historique quelques mois plus tard.

Autorisation en France

En dépit d’une année 2022 moins impressionnante au niveau des prix, certains acteurs du secteur cherchent à se mettre en conformité avec des autorités de plus en plus exigeantes. Binance, l’une des plus grandes plateformes d’échanges, a obtenu début mai l’autorisation d’exercer en France auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Le Salvador et la Centrafrique ont fait le pari d’adopter le bitcoin comme devise officielle

Aux États-Unis, le gendarme de la Bourse (Securities and Exchange Commission, SEC) a annoncé renforcer son équipe chargée de réguler les cryptomonnaies.

Signe de l’importance prise par les cryptomonnaies au cours des deux dernières années, deux pays, le Salvador et la Centrafrique, ont même fait le pari d’adopter le bitcoin comme devise officielle, malgré de vives critiques des instituts financiers internationaux.

À Lire Bitcoin : la Centrafrique risque-t-elle une exclusion de la zone CFA ?

Si le projet centrafricain est encore au stade d’ébauche, le président du Salvador, Nayib Bukele, a fièrement annoncé le 9 mai sur Twitter que « le Salvador a acheté le creux » en ajoutant 500 bitcoins à son fond, adoptant le vocabulaire des boursicoteurs qui voient dans les chutes des prix des occasions d’investir.

Relèvement des taux

Il se félicitait, aujourd’hui 10 mai, de voir le bitcoin remonter (+2,3 % à 31 695 dollars à  la mi-journée, heure de Paris. Mais, depuis sa création en 2009, la cryptomonnaie a existé dans un contexte de taux ultra bas.

Des baisses encore plus fortes sont à craindre pour les cryptomonnaies

Ces derniers mois, la Réserve fédérale américaine (Fed) a au contraire indiqué que ses récentes hausses des taux allaient être renouvelées pour endiguer l’inflation.

À Lire Bitcoin en Centrafrique : le gouverneur de la BEAC contre-attaque

« Des rebonds temporaires sont possibles, mais tant que le rendement des obligations d’État est en hausse et que le dollar monte » en raison de la détermination de la Fed, « des baisses encore plus fortes sont le principal risque » pour les cryptomonnaies, prévient Fawad Razaqzada, analyste chez City Index.

(avec AFP)