Économie

Air Algérie : avec le feu vert de Tebboune, la compagnie se reprend à espérer

Boeing, Airbus ou ATR ? Après la décision du chef de l’État, en Conseil des ministres, d’autoriser le pavillon national à acquérir 15 nouveaux avions, le management d’Air Algérie s’attelle maintenant à la définition du futur appel d’offres.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 10 mai 2022 à 18:51

Un avion Boeing 737-800 d’Air Algérie décolle de l’aéroport de Palma de Majorque, en Espagne, en juillet 2018. © Paul Hanna/REUTERS

« Après les deux années difficiles que nous venons de vivre, c’est vraiment une bonne nouvelle ». À Air Algérie, le haut management se félicite de la décision du président Tebboune, lors du Conseil des ministres du 8 mai, de valider l’acquisition par la compagnie nationale de 15 nouveaux avions.

Et donc de ressortir un projet d’acquisition au point mort depuis 2016 et la succession de crises qui ont secoué l’Algérie et le secteur aérien dans son ensemble. « Cela va nous permettre de renouveler notre flotte qui a une moyenne d’âge de quinze ans », assure Amine Andaloussi, porte-parole de la compagnie, joint par Jeune Afrique. Selon lui, l’acquisition concernera des appareils neufs, « comme toujours à Air Algérie ».