Politique

Maroc : Younes Sekkouri ou la politique dans la peau

Figure du PAM, ce quadragénaire s’est imposé comme l’une des têtes d’affiche du gouvernement Akhannouch. Itinéraire d’un jeune prodige de la politique.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 10 mai 2022 à 21:25

Younes Sekkouri, ministre de l’Inclusion économique, de la Petite Entreprise, de l’Emploi et des Compétences, à Rabat, le 6 mai 2022. © HOC pour JA

Fin 2006, l’hebdomadaire Telquel mettait en avant le nom de Younes Sekkouri dans un dossier intitulé « Les 50 qui feront le Maroc de demain : ils ont entre 21 et 35 ans, bientôt ils seront aux commandes ».

À 25 ans, cet ingénieur diplômé de l’Institut national des postes et télécommunications (INPT) de Rabat avait déjà plusieurs années de présence dans la sphère politique, et avait notamment travaillé comme conseiller du Premier ministre de l’époque, Driss Jettou – à ce titre, il a été l’une des chevilles ouvrières du programme Moukawalati (pour promouvoir les jeunes entreprises). Il déclarait alors : « Mon objectif, c’est de diriger une grande entreprise publique, et pourquoi pas un ministère. »

Quinze ans plus tard, le but est atteint puisque Younes Sekkouri est à la tête de l’un des portefeuilles clés du gouvernement Akhannouch : ministre de l’Inclusion économique, de la Petite Entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

En pleine crise post-Covid, ce département a un rôle locomotive dans le processus de relance économique et sociale à travers des programmes comme Awrach, ou encore en pilotant les négociations de l’Accord social global signé fin avril et qui a abouti, entre autres, à une hausse non négligeable (10 %) du salaire minimum.

Débuts politiques précoces

Né en 1981 à Tanger, ce fils de fonctionnaire a la politique dans la peau. À tout juste 10 ans, en 1991, il participait à une émission de Radio Tanger sur la guerre du Golfe.