Politique

Sénégal : Macky Sall et Barthélémy Dias, l’impossible entente

Désormais maire de Dakar, le bouillonnant opposant devrait travailler en bonne intelligence avec le chef de l’État. Mais pour l’heure, les relations ne cessent de s’envenimer.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 10 mai 2022 à 09:16

Macky Sall et Barthelemy Dias. © MONTAGE JA : Youri Lenquette pour JA ; Sylvain Cherkaoui pour JA

Voilà deux personnalités politiques aux antipodes. D’un côté, la placidité affichée d’un Macky Sall qui semble sûr de son fait et qui détient la majeure partie des leviers du pouvoir – à l’exception très notable des clés de la capitale du pays qu’il préside depuis 2012. De l’autre, la virulence et la fougue de Barthélémy Dias, récemment élu maire de Dakar, et dont la réputation de cow-boy paraît ne jamais devoir s’éteindre.

Soucieux d’adoucir l’image de son candidat, Abass Fall, son directeur de campagne lorsqu’il s’est lancé à la conquête de la capitale – devenu depuis son 1er adjoint – s’était échiné à tempérer les ardeurs de son champion. Peine perdue. La fin de campagne de Dias s’est terminée dans la violence. Le 20 janvier, lors d’un meeting improvisé dans un quartier de Mermoz-Sacré-Coeur, la commune qu’il dirigeait jusque-là depuis douze ans, il haranguait la foule, juché sur un pick-up. De son balcon, un militant présumé de Benno Bokk Yakaar (BBY), la coalition au pouvoir, lui aurait alors signifié en mots crus la vacuité de son discours… Déclenchant la colère de la foule. La maison, prise d’assaut, fut vandalisée par les militants du candidat de Yewwi Askan Wi, la coalition de l’opposition. Quant à Barthélémy Dias, accusé d’avoir participé, il n’aurait, à tout le moins, appelé au calme que tardivement. Bilan : trois blessés graves.

Vexation et menace voilée