Politique

Afrique du Sud : Julius Malema, en guerre et contre tous

Exclu de l’ANC en 2012, le leader des Combattants pour la liberté économique (EFF) a passé les dix dernières années à siphonner les voix du parti au pouvoir et à bousculer le paysage politique en multipliant punch lines et harangues populistes.

Réservé aux abonnés
Par - à Johannesburg
Mis à jour le 12 mai 2022 à 10:31

Julius Malema, le président des Combattants pour la liberté économique (EFF) à Soshanguve, près de Pretoria, le 2 février 2019. © Siphiwe Sibeko/Reuters

Les Combattants pour la liberté économique (EFF) ne sont pas de simples militants, ils forment un « bataillon ». Quand ses cadres se réunissent, ils ne sont pas en comité, mais en « conseil de guerre », et Julius Malema n’est pas le président du parti, mais son « commandant en chef ». À la tête des Bérets rouges, il dit vouloir continuer le combat pour l’émancipation économique des Noirs là où le Congrès national africain (ANC) l’aurait laissé.

C’est justement l’ANC que l’intéressé s’est donné pour mission de couler, la ligne de flottaison se situant à 50% des suffrages exprimés. Quand le parti au pouvoir a recueilli 46% des voix lors des élections locales de novembre 2021 (un score historiquement bas), le leader des EFF s’est dit « très heureux ». Dans le même temps, sa formation gagnait deux points et recueillait 10,6% des voix à l’échelle nationale, confortant sa place de troisième force politique du pays. L’un a la tête sous l’eau, l’autre tend vers la surface… Une sacrée revanche pour Malema, mis à la porte de l’ANC il y a dix ans.

Très sévère punition