Politique
Le président burundais Evariste Ndayishimiye tient le drapeau national lors de sa cérémonie d’investiture à Gitega, le 18 juin 2020. © CHINE NOUVELLE/SIPA.

Cet article est issu du dossier

Burundi : petit État, grandes ambitions

Voir tout le sommaire
Politique

Comment Évariste Ndayishimiye a sorti le Burundi de son isolement

Deux ans après l’élection du président Ndayishimiye, le pays reprend progressivement sa place sur la scène internationale, tout en apaisant ses relations avec ses voisins. Il doit désormais muscler sa diplomatie économique pour attirer des investisseurs.

Réservé aux abonnés
Par - Envoyé spécial à Bujumbura
Mis à jour le 31 mai 2022 à 10:45

Évariste Ndayishimiye s’exprimant à l’Assemblée générale de l’ONU, à New York, le 23 septembre 2021. © Mary Altaffer/Pool via REUTERS

Deux ans, presque jour pour jour, après l’arrivée au pouvoir du président Évariste Ndayishimiye, et au moment où le Burundi s’apprête à célébrer, le 1er juillet, le 60e anniversaire de son indépendance, la triste parenthèse du troisième mandat de Pierre Nkurunziza, marquée par un isolement complet, semble bien refermée.

En novembre 2021, les États-Unis ont levé les sanctions imposées au Burundi. L’Union européenne (UE) a suivi, en février dernier, tout en précisant que le terme de « sanctions » ne convenait pas puisque les restrictions appliquées depuis 2014 étaient des « mesures appropriées au titre de l’article 96 des accords de Cotonou ».

« Un pays comme les autres »