Politique

RDC : seul contre tous, Augustin Matata Ponyo se lance dans la course

Un temps inquiété par la justice, l’ancien Premier ministre de Joseph Kabila a annoncé sa candidature à la présidentielle, mardi 3 mai. Isolé politiquement, il semble néanmoins sûr de ses forces. Et se rêve un destin à la Macron.

Réservé aux abonnés
Par - envoyée spéciale
Mis à jour le 4 mai 2022 à 15:28

Matata Ponyo lorsqu’il était chef du gouvernement congolais. © AFP pour JA

Il faut bien le reconnaître, cela avait mal commencé avec Augustin Matata Ponyo. On ne savait pas tout à fait s’il avait le ton d’un instituteur ou l’allure d’un commissaire de police, s’il faisait la morale à la manière d’un curé, mais c’était un drôle de ring sur lequel il nous avait – bien malgré nous – propulsé.

Lorsqu’on l’a rencontré dans ses bureaux kinois situés dans les hauteurs de la tour Kiyo Ya Sita, fin mars, l’ancien Premier ministre s’était immédiatement mis à dénigrer, à menacer, à asséner ses vérités avec véhémence et autorité. Coup pour coup, à peine les civilités passées, on avait failli partir. Mais pareil amateur de boxe intrigue. Nous sommes donc resté, pour découvrir que nous nous étions un peu trompé : si l’homme ne prend pas de gants, c’est qu’à la boxe, il préfère de loin la course à pied.

Je suis comme Luther King, comme Lumumba, comme Mandela, moi aussi j’ai un rêve

Deux mois après notre rencontre, ce 3 mai, c’est à petites foulées qu’il a commencé sa journée. Baskets, short, tee-shirt et tapis de cours e « 60 minutes à 6,5 km/h en moyenne », récite-t-il. Comme chaque jour ou presque.

Si longue attente

Ce n’est pourtant pas un mardi tout à fait comme les autres. Après des mois de spéculations, Matata se lance dans la bataille présidentielle censée se conclure, si les délais constitutionnels sont tenus, en décembre 2023. Sur la scène du Showbuzz, à Kinshasa, l’homme aux fines lunettes et à l’éternelle cravate rouge prend la tête du parti qu’il vient tout juste de créer, Leadership et gouvernance pour le développement (LGD). Et annonce qu’il se lance dans la course à la magistrature suprême.