Économie
Vue du centre d’Abidjan. Au premier plan, le nouvel Ivoire Trade Center, à Cocody. © Nabil Zorkot.

Cet article est issu du dossier

Côte d’Ivoire : jeu décisif

Voir tout le sommaire
Politique

Côte d’Ivoire : Ouattara, Gbagbo, Bédié… La valse des mastodontes

Les vœux de renouvellement générationnel prononcés, il serait logique que les trois superstars de la politique ivoirienne se retirent de la course à la présidence de 2025. Et pourtant…

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 31 mai 2022 à 14:32
Damien Glez

Par Damien Glez

Dessinateur et éditorialiste franco-burkinabè.

© Glez

Tout irait pour le mieux dans la meilleure des Côte d’Ivoire – pour paraphraser Pangloss, le personnage de Voltaire –, si l’on en croît les conclusions de la cinquième phase du dialogue politique ivoiro-ivoirien. Et voici les responsables de la « réconciliation et de la cohésion nationale » qui peaufinent l’apaisement en réunissant des ambassadeurs ou en dépêchant des émissaires de pointure jusqu’à La Haye. Le tout avec une normalisation de la structure institutionnelle, à travers la désignation du vice-président de la République, la reconduction du Premier ministre et le discours du président sur l’état de la nation.

Citer Pangloss ne suffit pas à adopter l’optimisme de Candide. Alors qu’Alassane Ouattara achève le premier tiers de son troisième mandat, de discrètes stratégies sont déjà marmonnées, en vue des scrutins de 2023 et, surtout, de 2025, l’élection à la magistrature suprême suscitant toujours la personnalisation à outrance.

À Lire Côte d’Ivoire : Ouattara, Bédié, Gbagbo… Rendez-vous en 2025 ! Par Marwane Ben Yahmed

Les peuples ne pansent leurs plaies que si les ambitions politiciennes égoïstes ne les rouvrent pas. Certes, la réconciliation n’exclut pas la compétition. Mais la question du casting interroge, trois acteurs – un septuagénaire et deux octogénaires – continuant d’occuper l’espace, tous trois oints d’une expérience présidentielle.

Coalitions multiples