Politique

Côte d’Ivoire : décès de Grégoire Touvoly Bi Zogbo, ex-chef d’état-major particulier de Gbagbo

Général de gendarmerie, un temps proche d’Hamed Bakayoko et d’Alain-Richard Donwahi, il avait été l’un des premiers hauts gradés à faire allégeance à Alassane Ouattara en 2011.

Par - à Abidjan
Mis à jour le 3 mai 2022 à 17:36

Grégoire Touvoly Bi Zogbo, ancien chef d’état-major particulier de Gbagbo © DR

Chef d’état-major particulier de Laurent Gbagbo jusqu’en 2010, le général de gendarmerie Grégoire Touvoly Bi Zogbo, 76 ans, est décédé dans l’après-midi du 2 mai dans une clinique d’Abidjan. « Il se portait bien mais avait subitement commencé à souffrir de difficultés respiratoires fin avril, alors qu’il se trouvait dans sa résidence d’Abidjan. Il s’est éteint quelques jours plus tard, après avoir été transporté dans un établissement hospitalier », a confirmé à Jeune Afrique une source familiale qui a requis l’anonymat.

Nommé au poste de chef d’état-major particulier en octobre 2005, sous la présidence de Laurent Gbagbo, le général Touvoly a occupé cette fonction jusqu’à la chute de celui-ci, début 2011. Cette année-là, il a été parmi les premiers hauts gradés à faire allégeance à Alassane Ouattara – une promptitude qui lui a permis de ne jamais être inquiété.

Respecté par les officiers

Grégoire Touvoly Bi Zogbo était un proche d’Hamed Bakayoko, l’ancien Premier ministre décédé en mars 2021, mais aussi d’Alain-Richard Donwahi, ministre des Eaux et forêts jusqu’au dernier remaniement. Il était apparu en public au côté d’Alassane Ouattara en septembre 2020 lors d’une visite dans sa région de Sinfra, dans le centre du pays. Le président ne tarissait pas d’éloges sur ce général soucieux des valeurs républicaines, qui passait son temps entre sa résidence d’Abidjan et Sinfra depuis qu’il avait fait valoir ses droits à la retraite.

En 2004, il a sauvé Guillaume Soro lors d’une embuscade à la RTI

Affable et discret, cet officier de la maréchaussée a occupé, de 2000 à 2005, en pleine rébellion armée, les fonctions de commandant supérieur de la gendarmerie. Il était considéré comme un homme de dialogue et de consensus, et dénotait dans l’entourage de Laurent Gbagbo. Respecté par ses hommes et par les officiers ivoiriens, il conseillait parfois l’actuel patron de la gendarmerie, Alexandre Apalo Toure.

Lors du putsch manqué de septembre 2002, sa résidence abidjanaise avait été attaquée par les insurgés. Mais cela ne l’a pas empêché, deux ans plus tard, de sauver Guillaume Soro lorsque le chef des rebelles, devenu ministre de la Communication, est tombé dans une embuscade lors d’une visite des locaux de la RTI. Selon plusieurs témoins, c’est Grégoire Touvoly Bi Zogbo qui a alors dépêché une escouade de gendarmerie, appuyée par un char, pour lui porter secours.