Actualités

Guinée : Doumbouya veut rester 39 mois au pouvoir, la classe politique s’insurge

S’exprimant en direct d’une école, le chef de la junte qui a renversé Alpha Condé a annoncé que la transition militaire pourrait durer plus de trois ans. Réussissant l’exploit d’unir contre lui des partis jadis irréconciliables.

Réservé aux abonnés
Par - à Conakry
Mis à jour le 2 mai 2022 à 11:26

Discours du colonel Mamadi Doumbouya depuis une salle de classe de Boffa, le 30 avril 2022 © Présidence de la République de Guinée

« De toutes les consultations engagées à tous les niveaux depuis le début de la transition, avec toutes les composantes de la nation, auprès de tous les Guinéens partout où ils se trouvent, il ressort une proposition médiane d’une durée consensuelle de la transition de 39 mois ». Il aura fallu huit mois pour qu’enfin le colonel Mamadi Doumbouya se prononce sur la durée de la transition. Le chef de la junte guinéenne a choisi de le faire depuis la ville de Boffa, à 130 km au nord-ouest de Conakry. Il s’y est affiché au côté de la communauté chrétienne en pèlerinage, après avoir participé trois vendredis de suite, lors du mois de ramadan, à des prières collectives dans des mosquées de la capitale.

Mise en scène

Ce 30 avril, la mise en scène qui accompagne l’adresse à la nation de Mamadi Doumbouya est à la hauteur de l’importance de la question sur laquelle l’attendent les Guinéens comme la communauté internationale, et notamment la Cedeao. Le président de la transition guinéenne traverse la cour poussiéreuse d’un établissement scolaire sur un tapis rouge et entre dans une salle de classe. Il se tient debout, dos à un tableau noir sur lequel sont griffonnées des formules chimiques, face à un groupe de collégiens et de lycéens. Ensemble, ils entonnent Liberté, l’hymne national de la République de Guinée : Doumbouya au garde-à-vous, les élèves la main droite sur le cœur. Puis il commence son discours, à côté d’un masque Nimba de la communauté hôte, les Baga.

« Je ne décide pas seul, j’agis avec tout le monde », se justifie Doumbouya