Politique

Affaire Sonko au Sénégal : Mamour Diallo, celui par qui le scandale arrive

L’ancien directeur des Domaines, engagé dans un bras de fer judiciaire avec Ousmane Sonko portant sur plus de 90 milliards de F CFA, a-t-il cherché à tirer parti de la plainte pour viol visant l’opposant ?

Réservé aux abonnés
Par - à Dakar
Mis à jour le 1 mai 2022 à 18:51

Ousmane Sonko et Mamour Diallo. © Montage JA : Youri Lenquette pour JA ; DR.

Dans le huis clos de l’affaire Sweet Beauty, du nom du salon de massage où officiait la jeune Adji Sarr jusqu’à sa plainte pour viol contre l’opposant Ousmane Sonko en février 2021, un protagoniste improbable se retrouve désormais sur la sellette.

Ancien directeur des Domaines, président du mouvement politique Dolly Macky, qui soutient le chef de l’État, et candidat malheureux à la mairie de Louga aux locales de janvier, Mamadou Mamour Diallo est devenu, à son corps défendant, un témoin important dans ce dossier judiciaire qui, depuis plus d’un an, est susceptible de modifier en profondeur le paysage politique sénégalais.

Enregistrement controversé

Au début d’avril, un enregistrement audio fuitait dans les médias nationaux, faisant tache d’huile sur les réseaux sociaux. Dans cette conversation en wolof de qualité très médiocre, enregistrée à la dérobée et qui nécessiterait une expertise en bonne et due forme pour pouvoir être authentifiée, un homme et une jeune femme évoquent l’affaire Sonko en des termes pour le moins ambigus.

À Lire Plainte contre Ousmane Sonko au Sénégal : ce que révèlent les PV d’auditions

« Nous ne t’abandonnerons jamais, assure l’homme. Tu es notre fille. Je ne te promets pas la lune, mais je ferai ce que je t’ai dit : après le procès [d’Ousmane Sonko], je te ferai confectionner un passeport [diplomatique] pour que tu quittes le pays. Je l’ai dit et je vais le faire. Mais actuellement, sachant où en est le dossier, on ne peut pas te faire ce passeport. Même l’État ne peut pas le faire. »

Faut-il y voir un deal entre ce prétendu bienfaiteur et celle qui se présente comme une victime d’Ousmane Sonko ? Est-ce une façon d’inciter la jeune femme à livrer un témoignage à charge en échange d’une protection et d’un soutien de la mouvance présidentielle, voire de l’État ?

Cet enregistrement, dont il est encore difficile d’établir comment il s’est retrouvé à la une des médias, est d’autant plus problématique que les propos enregistrés sont attribués à deux personnages dont les échanges ont de quoi jeter un voile de suspicion sur la sincérité des accusations portées devant la justice.

En effet, l’homme qui semble inciter Adji Sarr à porter plainte, tout en lui offrant des garanties qu’il présente comme émanant du plus haut niveau de l’État, n’est autre qu’un cadre important de la majorité présidentielle, qui fut un temps à la tête Domaines, tandis qu’Ousmane avait lui appartenu au service des Impôts – il en avait été radié en 2016 pour avoir enfreint son devoir de réserve après son entrée tonitruante en politique dans les rangs de l’opposition.

À Lire Sénégal : qui veut la peau du « capitaine Touré », le gendarme de l’affaire Sonko ?

Au sein de la classe politique, la rumeur quant au rôle prêté à Mamour Diallo dans les prémices de l’affaire Sonko enflait depuis plusieurs mois déjà,. « Un  cadre de la mouvance présidentielle à Louga, qui savait qu’Ousmane Sonko fréquentait ce salon de massage, a manipulé Adji Sarr afin de monter un dossier contre lui », confiait ainsi à JA, à la fin de janvier 2022 – donc trois mois avant que le nom de Mamour Diallo ne soit évoqué publiquement –, le collaborateur d’un autre leader de l’opposition.

Le 1er mars dernier, c’est cette fois un proche du président Macky Sall qui corroborait cette version. Tout en considérant que des relations sexuelles contraintes avaient bien pu avoir lieu entre Ousmane Sonko et Adji Sarr, notre interlocuteur assurait que Mamour Diallo avait orchestré la plainte initiale de la jeune femme.

« Assouvir une vengeance »

« La personne qui a fait assister Adji Sarr est Mamour Diallo, l’ancien directeur des Domaines, en disgrâce depuis longtemps. Il cherchait à assouvir une vengeance contre Ousmane Sonko », indiquait cette source, ajoutant : « Mamour Diallo s’est rué sur cette affaire, qu’il a découverte sur le tard, afin de briser Sonko. C’est lui qui a poussé la fille à porter plainte. »

La vengeance évoquée par notre interlocuteur serait, à l’en croire, liée à une affaire qui défraie la chronique depuis plusieurs années. En l’occurrence, un litige portant sur un titre foncier convoité, dans le cadre duquel Ousmane Sonko – qui avait alors crié au scandale – et Mamour Diallo, à la tête des Domaines à l’époque, se sont retrouvés face à face, le premier accusant le second d’escroquerie sur les deniers publics à hauteur de 94 milliards de F CFA. Et Mamour Diallo demandant réparation pour diffamation et injures publiques.

Pour l’heure, la justice a rendu une ordonnance de refus d’informer à la suite de la plainte d’Ousmane Sonko – un jugement confirmé en appel. Et l’affaire fait toujours l’objet d’un pourvoi en cassation. En 2019, une commission d’enquête parlementaire avait en outre blanchi Mamour Diallo.

À Lire Sénégal : Ousmane Sonko, Adji Sarr et le corps du délit, par François Soudan

Ce conflit entre les deux hommes aurait-il été à l’origine, quelques années plus tard, d’une cabale judiciaire ? Bien qu’appartenant à des camps politiques différents, nos deux sources s’accordent sur un point : la « machination » supposée autour de cette affaire n’exonère pas pour autant Ousmane Sonko des accusations de viol pesant sur lui. « Mais lorsque le président Macky Sall a été informé de cette histoire et du rôle prêté à Mamour Diallo, il est tombé des nues », précise l’un de nos interlocuteurs.

Fake news

Me El Hadj Diouf, l’un des avocats d’Adji Sarr, écarte quant à lui la thèse de la manipulation. En avril, invité dans l’émission « Quartier général » sur la Télé Futurs Médias (TFM), l’avocat déclarait : « Je ne sais pas si [cet enregistrement] est authentique mais c’est une fake news. Avec les nouvelles technologies, tout est possible. » Considérant le buzz médiatique autour de cette captation clandestine comme « une diversion », ce ténor du barreau ajoutait : « Dans l’enregistrement en question, rien ne prouve qu’il y ait eu complot contre Ousmane Sonko. »

Autre question, et non des moindres : à supposer qu’Adji Sarr ait enregistré Mamour Diallo à son insu, pourquoi aurait-elle laissé fuiter une conversation qui jette le doute sur son propre témoignage, alors que son statut d’accusatrice lui vaut déjà d’être clouée au pilori par les partisans de ce dernier ?

À Lire Affaire Sonko au Sénégal : le doyen des juges relance l’instruction

Quoi qu’il en soit, alors que les auditions viennent tout juste de redémarrer, après de longs mois de stagnation de l’instruction, les avocats d’Ousmane Sonko comptent bien tirer de cette péripétie ultra médiatisée la preuve d’une cabale judiciaire contre le président du Pastef-Les Patriotes. « La défense entend faire poursuivre les personnes impliquées dans le complot ayant abouti à cette accusation ridicule de viol, assure à JA Me Bamba Cissé. Et tous les éléments ont déjà été recueillis pour asseoir l’existence d’un complot, qui n’est plus contestable. » De son côté, Mamour Diallo n’a pas donné suite à nos sollicitations.