Culture

Houellebecq a-t-il plagié Diagola ? Bataille judiciaire pour 132 millions d’euros

Le romancier sénégalais a assigné l’auteur français à succès en contrefaçon, jugeant que le roman « Soumission » emprunterait trop d’éléments à son manuscrit, « La Chute des barbelés ». On saura le 12 mai prochain si, oui ou non, un procès se tiendra.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 2 mai 2022 à 15:15

L’écrivain français Michel Houellebecq et et l’auteur sénégalais El Hadji Diagola. Montage JA : © Clemens Niehaus/Geisler-Fotopres/DPA via ZUMA Press ; DR

Procès ou pas procès ? C’est le 12 mai prochain que la troisième chambre civile, première section du tribunal judiciaire de Paris (TJP), se prononcera sur l’affaire opposant Michel Houellebecq à El Hadji Diagola. C’est-à-dire l’un des écrivains français les plus connus au monde à un auteur sénégalais publié à compte d’auteur. Leur litige concerne le roman Soumission, publié par les éditions Flammarion le 7 janvier 2015 et qui avait fait grand bruit : il y est en effet question de l’élection d’un président musulman à la tête de la république française, en 2022 !

À la lecture de ce texte qui provoqua en son temps la polémique, El Hadji Diagola a été frappé par certaines ressemblances avec l’un de ses manuscrits, La Chute des barbelés, déposé chez Gallimard deux ans auparavant, en janvier 2013, puis chez Flammarion l’année suivante – sans succès, puisque les deux maisons ont refusé de le publier. Se sentant floué et dépossédé, El Hadji Diagola a écrit dès 2015 aux éditions Flammarion (qui font partie du même groupe que Gallimard, Madrigal) que le roman Soumission était « un plagiat de son manuscrit dont les éditions Flammarion ont été dépositaires avant que ne soit édité l’ouvrage de Michel Houellebecq », qu’on y retrouvait une « exacte similitude du thème abordé » et de « trop nombreuses références au manuscrit refusé ».

Plagiat contre plagiat