Politique

Libye : Fathi Bachagha, itinéraire d’un ambitieux contrarié

De son mandat de député à sa fonction ministérielle, le Premier ministre de Tobrouk a forgé sa carrière à coups de compromis. Portrait.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 29 avril 2022 à 13:05

Alors ministre de l’Intérieur suspendu, Fathi Bachagha, à son arrivée à Mitiga, le 29 août 2020. © AFP

Privé de siège gouvernemental, le “deuxième” Premier ministre libyen Fathi Bachagha tente d’occuper le terrain. Élu par le parlement de Tobrouk, il a tenu sa première réunion gouvernementale à Sebha, le 21 avril. Une solution de repli faute de pouvoir s’installer à Tripoli où il veut rentrer sans faire usage de la force.

Il y a visité le Fezzan, puis s’est affiché dans les tribunes des supporters du stade de football de Benina, sur des chantiers de construction, ou auprès des personnels médicaux de l’hôpital Al-Hawari à Benghazi.

C’est pendant la révolution de 2011 que Fathi Bachagha prend de l’ampleur en devenant porte-parole du CNT

Des déplacements destinés à ne pas laisser son concurrent, le Premier ministre du gouvernement d’union nationale (GUN) Abdulhamid Dabaiba, occuper toute la place. Il exerce en effet toujours ses fonctions dans la capitale, et refuse de céder sa place. Le