Société

Dix choses à savoir sur Yacine Idriss Diallo, le nouveau patron du foot ivoirien

Devançant Didier Drogba et Sory Diabaté, Yacine Idriss Diallo a été porté, le 23 avril, à la tête de la Fédération ivoirienne de football (FIF). L’homme d’affaires, autrefois proche d’Hamed Bakayoko, reprend les rênes d’une institution en crise.

Réservé aux abonnés
Par - à Abidjan
Mis à jour le 27 avril 2022 à 18:10

Yacine Idriss Diallo, nouveau président de la FIF. © Facebook YID.

1. Supporter clandestin

Il naît en 1960 à Daloa, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, mais c’est dans les ruelles du quartier de Cocody, à Abidjan, que Yacine Idriss Diallo se prend de passion pour le ballon rond. Enfant, il rêve d’assister aux matchs disputés dans le stade Houphouet-Boigny, mais ne peut s’offrir de billet. Avec d’autres gamins de son âge, il se faufile donc clandestinement dans l’enceinte sportive via les égouts et les souterrains.

À Lire Côte d’Ivoire : Idriss Diallo élu à la tête de la FIF, Didier Drogba largement battu

2. Écoles ivoiriennes

Malgré la relative aisance de sa famille, il fait toutes ses études en Côte d’Ivoire : au collège de Cocody, puis au Lycée classique d’Abidjan, où il obtient son bac. Il poursuivra à l’université Félix Houphouët-Boigny, où il décrochera une maîtrise en mathématiques.

À 24 ans seulement, il devient le vice-président de l’Asec Mimosas, le club le plus populaire du pays

3. Leader estudiantin

À la fac, le jeune homme gagne en popularité. Il préside l’Abidjan Université Club (AUC), une association très en vue qui représente à l’époque une douzaine de disciplines sportives, sorte de versant non politique du puissant Mouvement des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire (MEECI), affilié au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Nombreuses sont les personnalités qui comptent aujourd’hui dans le pays à être passées par l’AUC.

4. Histoire de famille

Son épouse, Yolande Kadio Diallo, est la sœur de Brigitte Diallo Coffie, qui était elle-même mariée à Augustin Sidy Diallo, l’ancien président de la FIF décédé en novembre 2020. En dépit de quelques différends, Idriss Diallo et Sidy Diallo étaient proches.

5. Mentors

L’un de ses principaux « parrains » fut Jean-Vincent Zinsou, un ancien ambassadeur (en Espagne et en Belgique notamment) qui dirigea le Centre national des œuvres universitaires (CNOU). Zinsou, dont la famille était influente sous la présidence d’Houphouët-Boigny, lui a ouvert de nombreuses portes : c’est lui qui l’a présenté à Jean-Jacques Béchio, ministre de la Fonction publique et porte-parole du gouvernement dans les années 1980. C’est aussi lui qui l’a introduit auprès d’Hamed Bakayoko, du temps où ce dernier était une figure des campus ivoiriens.

6. Asec Mimosas

Au début des années 1980, l’Asec Mimosas d’Abidjan est déjà le club le plus populaire du pays, mais il est en proie à des crises incessantes. Après une médiation menée par Georges Ouegnin, le directeur du protocole d’Houphouet-Boigny, décision est prise de confier la direction du club à un présidium. C’est ainsi qu’en 1984, à 24 ans seulement, Yacine Idriss Diallo devient le vice-président de l’Asec Mimosas.

À ce poste, il rencontre la plupart des dirigeants du foot ivoirien, dont Dieng Ousseynou (ancien président de la FIF aujourd’hui décédé), Jacques Anouma (autre ancien président de la FIF) ou encore Roger Ouegnin (ex-dirigeant de l’Asec Mimosas). Il restera en fonction jusqu’en 1989. En parallèle, il gravit un à un les échelons de la FIF, jusqu’à en devenir l’un des vice-présidents : une première fois en 1990, pour deux ans, puis de nouveau dix ans plus tard.

En dépit de la rivalité qui l’a opposé à Drogba pour la présidence de la FIF, les deux hommes restent proches

7. Du public au privé

Dans les années 1980, il débute sa carrière professionnelle en tant que chargé de mission et directeur administratif et financier de Jean-Jacques Béchio, puis effectue un passage éclair à la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI) pendant la décennie suivante, avant de rejoindre la Loterie nationale. Il sera plus tard le directeur général de l’Office d’aide à la commercialisation des produits vivriers (OCPV). En 2010, il quitte le secteur public pour se lancer dans les affaires avec le soutien d’Hamed Bakayoko, qui est devenu un ami très proche.

À Lire Côte d’Ivoire : Didier Drogba, l’anti-Samuel Eto’o ?

8. Didier Drogba

Il fait la connaissance de Didier Drogba grâce à Robert Nouzaret, entraîneur de la sélection ivoirienne au début des années 2000. Le joueur, qui évolue alors au sein du club français de Guingamp, fera sa première apparition avec les Éléphants de Côte d’Ivoire lors d’un match amical contre le Cameroun, en février 2003.

Les deux hommes sympathisent et s’associent au sein d’une société baptisée Keyman Investissements. En dépit de la rivalité qui les a opposés dans la course à la présidence de la FIF, ils sont demeurés proches. En revanche, ils ne font plus affaires ensemble, assurent leurs entourages.

Il envisage d’organiser des états généraux du football pour signer une charte avec les clubs de Ligue 1 et 2

9. Houphouët

Yacine Idriss Diallo rencontre Félix Houphouët-Boigny à Yamoussoukro au début des années 1980, alors qu’il organise les jeux des étudiants ouest-africains. Quoique discret, il se réclame volontiers des valeurs de dialogue et de paix que prône l’ancien président.

10. Relancer le football ivoirien

Il prend aujourd’hui les rênes d’une fédération en crise et va devoir redonner des couleurs au football ivoirien : le pays ne s’est en effet pas qualifié pour la Coupe du monde en 2018 et en 2022 et reste sur deux éliminations en quarts et en huitièmes de finale lors des deux dernières Coupes d’Afrique des nations (CAN). Sa mission de rebâtir l’équipe nationale passera par la nomination d’un nouveau sélectionneur.

Yacine Idriss Diallo compte rapidement mettre en œuvre les recommandations faites – en matière de gouvernance – par EY, qui a audité la FIF, et envisage d’organiser des états généraux du football pour parvenir à la signature d’une charte avec les clubs de Ligue 1 et 2.

Il a aussi prévu de se rendre à Paris pour rencontrer les dirigeants de la chaîne Canal+, qui diffuse les matchs de Ligue 1 ivoirienne, avant de se rendre au siège de la Fifa, à Zurich, en Suisse. Une délégation de la fédération internationale est par ailleurs attendue à Abidjan, où elle doit se pencher sur le financement du football local. Le nouveau pool de sponsors sera présenté aux clubs à cette occasion.