Société

Femmes : en Tunisie, des citoyennes de choc

En dignes « petites-filles » de Bourguiba, les Tunisiennes ne cessent de conquérir de nouveaux espaces, tout en veillant à préserver leur authenticité. Portraits de battantes qui font bouger les choses.

Mis à jour le 14 mars 2014 à 11:07

Ces Tunisiennes essaient de faire bouger les choses dans leur pays. © Aude Osnowycz

Avec l’inscription de la parité et de l’égalité des sexes dans la nouvelle Constitution, et le maintien du très progressiste code du statut personnel, les Tunisiennes semblent à l’abri des menées obscurantistes. Pourtant, des motifs d’inquiétude persistent. Des élus islamistes n’ont-ils pas, au début de février, proposé l’annulation de la ratification par la Tunisie de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (Cedaw) ? Dans les faits, nombre de Tunisiennes ont compris qu’il ne fallait pas laisser au seul législateur le soin de faire respecter leurs droits et libertés. Elles s’en chargent elles-mêmes, imprimant, par leur indépendance et leur détermination, une nouvelle dynamique à l’intérieur d’une société où le conservatisme religieux et le machisme ordinaire sont encore prégnants. Si "nos femmes sont le sel et l’âme de ce pays", comme le dit un citoyen tunisien acquis à leur cause, elles en sont aussi l’une des forces vives. À l’occasion de la Journée internationale de la femme, le 8 mars, J.A. est allé à la rencontre de ces battantes qui font changer les choses sans même avoir à le demander.

>> Lire aussi : Tunisie : tout feu, tout femmes