Politique

Cameroun : entre Jean-Pierre Amougou Belinga et Modeste Mopa Fatoing, bien plus qu’une affaire de gros sous

Alors que les entreprises d’Amougou Belinga font l’objet d’un recouvrement d’impôts de 30 milliards de F CFA, l’administration fiscale refuse d’accéder à la demande de rabattement proposée par le ministre des Finances. L’homme d’affaires a décidé de contre-attaquer en justice.

Réservé aux abonnés
Par - à Yaoundé
Mis à jour le 27 avril 2022 à 10:22

Jean-Pierre Amougou Belinga et Modeste Mopa Fatoing. © Montage JA : DR ; Jean-Pierre Kepseu/Panapress/Maxppp

Au Cameroun, les relations entre opérateurs économiques et agents de l’administration fiscale (Fisc) sont réputées être de cordiale détestation. Entre Jean-Pierre Amougou Belinga, puissant patron de Vision 4, et Modeste Mopa Fatoing, directeur général des impôts, l’inimitié est montée d’un cran à la faveur d’une affaire fiscale devenue conflit ouvert. Un duel entre deux figures de la scène publique camerounaise à l’issue plus qu’incertaine, et dont les ramifications s’étendent jusqu’au sommet de l’État.

Si elle fait aujourd’hui la une des médias camerounais, l’affaire a pourtant débuté il y a plusieurs semaines. Fin 2021, l’Agence nationale d’investigation financière (Anif, l’organe chargé du renseignement financier), a fait parvenir à la Direction générale des impôts (DGI) une liste d’entreprises dont le volume de transactions financières avait attiré son attention. Douze d’entre elles ont ainsi cumulé autour de 80 milliards de F CFA (près de 122 millions d’euros) entre 2018 et 2020.

À la suite de cette alerte, la DGI a engagé un contrôle de conformité avec le Fisc. Deux divisions des impôts ont été commises à la tâche, conformément à la répartition géographique des entreprises visées. En février dernier, le premier centre établit qu’une partie des sociétés concernées est redevable d’une dette fiscale de plus de 18 milliards de F CFA. Le second centre rend son résultat un mois plus tard et évalue la dette fiscale du reste des entreprises à 12 milliards de F CFA. Soit un total d’environ 30 milliards de F CFA d’impayés pour l’ensemble.

Petits arrangements entre amis