Économie

Dette africaine : à quoi ont servi les milliards du FMI ?

Acquisition de devises, dépenses budgétaires, remboursement au Fonds… Du Maroc à la RDC et à la Côte d’Ivoire, les États africains ont utilisé de façon variée et surprenante les Droits de tirage spéciaux (DTS). L’analyse de JA.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 3 juin 2022 à 14:51

La directrice générale du (FMI, Kristalina Georgieva lors de la conférence de presse à l’issue de la séance plénière du Sommet sur le financement des économies africaines au Grand Palais Ephémère, à Paris, le 18 mai 2021. © Stéphane Lemouton/POOL/REA

Les pays africains ont reçu une part congrue des Droits de tirage spéciaux (DTS) alloués par le Fonds monétaire international (FMI) à ses pays membres, en août 2021, au pro rata de leurs parts dans l’institution. Au total, 54 pays africains ont reçu l’équivalent de 33 milliards de dollars, sur un total de 650 milliards de dollars.

À Lire Dette africaine : à quoi servent les Droits de tirages spéciaux, concrètement ?

Droits de tirage spéciaux reçus par les pays africains en 2021.

Droits de tirage spéciaux reçus par les pays africains en 2021.

Rembourser les sommes dues au FMI

Cette injection de fonds ne pouvait, toutefois, pas arriver à un meilleur moment pour nombre d’entre eux. Selon les données compilées par Jeune Afrique des bases de données de l’institution multilatérale dirigée par la Bulgare Kristalina Georgieva et d’une récente étude du Centre pour la recherche économique et politique (CEPR, basé à Washington), la moitié au moins des récipiendaires africains de ses fonds en ont utilisé plus de 80 % dans les mois qui ont suivi l’allocation des DTS.