Économie

Cyber Africa Forum 2022 : la souveraineté numérique comme levier de la croissance

Ecobank, Huawei, Cybastion, ESET Africa, décideurs économiques, ministres… Les 9 et 10 mai, acteurs publics et privés se donnent rendez-vous à Abidjan pour réfléchir à la façon de faire face aux nouveaux risques en matière de cybersécurité, véritables freins à la croissance en Afrique.

Par
Mis à jour le 28 avril 2022 à 11:13

En 2021, 90% des entreprises africaines ne disposaient pas de protocoles de cybersécurité suffisants pour se protéger efficacement des hackers. © Adobe Photo Stock

La deuxième édition du Cyber Africa Forum (CAF) se tiendra à Abidjan les 9 et 10 mai, sous le haut parrainage de Patrick Achi, Premier ministre de Côte d’Ivoire, et en la présence d’acteurs majeurs de l’écosystème de la cybersécurité tels que Huawei, Deloitte, Orange ou encore Ecobank. Elle est coorganisée par Ciberobs, plateforme de référence sur la cybersécurité en Afrique et Jeune Afrique Media Group.

Axées sur le thème « Souveraineté numérique et protection des données, leviers de croissance économique pour le continent africain », les discussions de cette deuxième édition aborderont l’émergence de nouveaux risques en matière de cybersécurité, liés aux pratiques associées à la numérisation des sociétés africaines (télétravail, finance numérique et/ou décentralisée, commerce en ligne, souveraineté dans un contexte de tensions géopolitiques…). Des thématiques concernant directement plusieurs acteurs économiques majeurs actifs en Afrique, à l’instar d’Atos, CCDOC, Cybastion ou encore ESET Africa, lesquels seront présents aux côtés de bien d’autres acteurs publics (dirigeants politiques, organisations multilatérales…) et privés.

Le Cyber Africa Forum, lieu incontournable sur le sujet

500 décideurs, 25 pays, 80 intervenants

« Les risques économiques liés à la cybersécurité sont une réalité en Afrique. Le Cyber Africa Forum veut être cette plateforme d’échanges de référence sur le continent qui rassemble les acteurs africains et internationaux de la cybersécurité afin de mettre le risque cyber au cœur des problématiques de l’Afrique, comme enjeu de son émergence », a expliqué Franck Kié, président-fondateur de Ciberobs.

« Depuis dix ans, notamment via l’Africa CEO Forum, nous sommes au plus près des problématiques du secteur privé, et le constat est clair : à la différence des grandes entreprises à travers le monde, les dirigeants africains perçoivent le potentiel de la data et du digital mais négligent encore trop souvent le risque cyber, qui est pourtant l’un des plus importants opérationnellement », a expliqué Frédéric Maury, directeur général délégué à Jeune Afrique Media Group. « C’est pour cela que nous avons décidé, au côté de Ciberobs, de faire du Cyber Africa Forum un lieu incontournable sur le sujet « , ajoute-t-il.

Nous jouons le rôle de facilitateurs

Au total, plus de 500 personnes parmi lesquelles des décideurs de plus de 25 pays sont attendus à cet événement de référence qui prévoit 23 panels et plus de 80 intervenants dont quatre ministres venus de Côte d’Ivoire, du Congo et de RDC. Interviendront également des hauts responsables et spécialistes venants de secteurs variés : banque, finance, assurances, énergie…

Cyber Africa Women

Des sujets pointus seront discutés lors des sessions, tels que : la coopération panafricaine et internationale pour lutter contre la cybercriminalité, la place du risque cyber dans le contrôle interne, la protection de l’industrie financière, la sécurisation du travail et des interactions de demain, ou encore la gouvernance de la sécurité de l’information.

« Nous jouons le rôle de facilitateurs en fournissant des informations et des solutions concrètes en matière de cybersécurité au profit des décideurs d’Afrique subsaharienne », a ajouté Nathalie Kienga, vice-présidente de Ciberobs.

Le Cyber Africa Forum 2022 mettra également à l’honneur les talents de la cybersécurité africaine via plusieurs initiatives : « Cyber Africa Women », qui vise à promouvoir et soutenir les femmes dans le domaine de la cybersécurité et du numérique ; des prix décernés à des personnalités qui ont œuvré pour le renforcement de la cybersécurité sur le continent ; et une récompense inédite (Prix Fondation Génération Numérique) en faveur de la start-up de l’année dans le domaine de la cybersécurité.

Un hackathon réunira une trentaine de candidats autour d’une épreuve de CTF (Catch the Flag) à l’issue de laquelle les trois premiers à terminer le challenge seront récompensés.

Pour rappel, l’édition 2021 du Cyber Africa Forum a connu une participation massive de l’ensemble de l’écosystème de la cybersécurité, tant de la part du secteur public que de celle du privé avec 700 participants sur site (et plus d’un millier sur Facebook et YouTube Live), plus de 50 partenaires et sponsors, 60 pays représentés et quelque 150 rendez-vous d’affaires organisés.

Autorités publiques, dirigeants d’entreprises, spécialistes de la cybersécurité sont conviés à prendre part à cet évènement. Les inscriptions sont ouvertes sur : www.cyberafricaforum.com