Politique

Législatives au Sénégal : Macky Sall à la conquête des sièges de la diaspora

Une mission de Benno Bokk Yakaar, la coalition au pouvoir, sillonne depuis début avril les circonscriptions électorales de l’étranger pour remobiliser les troupes. Objectif : rafler la totalité des sièges dévolus aux Sénégalais de l’extérieur.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 25 avril 2022 à 15:42

Macky Sall au palais de l’Elysée, en France. © Romain GAILLARD/REA

La délégation dépêchée par Macky Sall est conduite par Farba Ngom, député et maire de la commune des Agnams (région de Matam), fief du chef de l’État. Ce dernier est accompagné par quatre autres cadres de Benno Bokk Yakaar (BBY) : les hommes d’affaires Abdoulaye Sally Sall et Kalidou Wagué, tous deux conseillers spéciaux de Macky Sall et maires respectifs des communes de Nabadji-Civol et Bokidiawe, l’ambassadeur itinérant Alioune Ndao Fall, et Talla Sylla. L’ex-maire de Thiès a été battu aux élections locales du 23 janvier par Babacar Diop, le candidat de Yewwi Askan Wi (coalition de l’opposition), après avoir créé une liste concurrente à celle de la majorité présidentielle.

À Lire Législatives au Sénégal : Macky Sall au pas de charge  

Depuis 2017, les 500 000 Sénégalais de l’étranger sont représentés à l’Assemblée nationale par quinze députés, dont les sièges sont répartis entre quatre zones géographiques. Lesquelles correspondent également à des circonscriptions électorales. Sept postes sont à pourvoir en Afrique et six en Europe. Les deux derniers sièges sont partagés entre l’Amérique, l’Océanie, l’Asie et le Moyen-Orient.

Dissiper les frustrations

Partis du Sénégal au lendemain du début du ramadan, les émissaires de Macky Sall se sont d’abord rendus en Gambie et au Gabon, puis en Côte d’Ivoire, avant de regagner l’Europe où ils ont séjourné entre le 16 et le 21 avril. À Paris, où BBY est représentée par Amadou Talla Daff, Farba Ngom et ses hommes ont rencontré près de 400 militants de l’Alliance pour la République (APR), le parti présidentiel, venus d’Allemagne, de Belgique et des Pays-Bas.

À Lire Législatives au Sénégal : Idrissa Seck écarte le ministre Yankhoba Diattara

Objectif : remobiliser les troupes et faire taire les querelles au sein des différentes sections. En particulier celle de Normandie, où l’on s’écharpe sur la composition du bureau. Cette région, qui compte 12 000 électeurs sénégalais, est le deuxième vivier électoral en France après Paris, où ils sont 55 000. Jusqu’au bout de la nuit du 20 au 21 avril, la délégation a donc reçu les diverses parties en conflit venues de Rouen pour dissiper les frustrations. Il était aussi question d’impliquer toutes les formations politiques alliées, dont le Rewmi de l’ancien Premier ministre Idrissa Seck, qui dispose également d’une forte assise au sein de la diaspora mais qui n’a rejoint la coalition au pouvoir qu’en 2020.

Lettres d’engagement

Mis sous pression par l’opposition portée par Yewwi Askan Wi, d’Ousmane Sonko et Khalifa Sall, qui a remporté les grandes villes sénégalaises aux locales, Macky Sall n’entend ménager aucun effort pour s’assurer le plus d’élus possible au Parlement afin d’éviter une cohabitation à l’Assemblée. Si, lors des dernières élections législatives, Benno Bokk Yakaar a raflé douze des quinze sièges de la diaspora, les trois sièges de députés mis en jeu en Europe du Sud lui ont échappé au profit de Wattu Sénégal, construit à l’époque autour du Parti démocratique sénégalais (PDS) d’Abdoulaye Wade. La délégation s’est donc rendue en Espagne et en Italie, où résident plusieurs expatriés sénégalais, afin de les convaincre du bien-fondé d’un vote en faveur de BBY.

À Lire Locales au Sénégal : l’opposition remporte des bastions clés

En mars, Macky Sall avait déjà envoyé 186 émissaires sillonner le Sénégal pour prêcher un message d’unité auprès de son camp et mettre en garde contre les listes parallèles. Mais, selon plusieurs observateurs, le ton ferme du chef de l’État ne suffira pas à régler les guerres d’ego. Tout dépendra in fine des choix des têtes de liste. En Europe, plus de 80 candidats déjà ont exprimé leur intention d’être investis. Mais seulement six sièges sont à pourvoir, dont trois pour les pays de l’Europe du Nord, du centre et de l’Ouest. Faute de consensus, Farba Ngom a pris ses précautions en faisant signer des lettres d’engagement aux différents candidats : ils y promettent de soutenir ceux qui seront désignés par Macky Sall.