Économie

Dettes africaines : Angola, Côte d’Ivoire, Sénégal… Les États où la dette a explosé

« L’Afrique est-elle vraiment malade de sa dette ? » (3/4). Si le niveau d’endettement extérieur des pays a connu une très nette hausse depuis 2015, tous ne sont pas logés à la même enseigne. Leurs capacités à y faire face diffèrent grandement. Analyse.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 16 mai 2022 à 12:35

© Montage JA

Si la résurgence d’une crise financière en Afrique subsaharienne similaire à celles des années 1990 et 2000 paraît peu probable – tout en n’étant pas exclue –, il ne fait aucun doute que le niveau des créances des pays de la zone a connu une formidable progression depuis une demi-douzaine d’années. Entre 2015 et 2020, le stock de dette extérieure publique des pays subsahariens a augmenté de 67,5 % à 454 milliards de dollars, selon la Banque mondiale.

Stock de la dette extérieure des pays d’Afrique subsaharienne – la Banque mondiale inclut la Mauritanie et le Soudan dans cette catégorie, mais en exclut les Seychelles, classé parmi les pays à revenus élevés en raison du PIB par habitant). © Banque mondiale

Stock de la dette extérieure des pays d’Afrique subsaharienne – la Banque mondiale inclut la Mauritanie et le Soudan dans cette catégorie, mais en exclut les Seychelles, classé parmi les pays à revenus élevés en raison du PIB par habitant). © Banque mondiale

Cette évolution n’avait d’ailleurs pas manqué d’alerter les spécialistes de l’économie du développement, parmi lesquels l’économiste Brahima Sangafowa Coulibaly, responsable de l’Africa Growth Initiative au Brookings Institution (think-tank américain). « En raison de l’augmentation rapide de la charge de la dette au cours des dernières années, un tiers des pays d’Afrique subsaharienne sont soit en situation de surendettement, soit exposés à