Économie

Mobile money : ce que change la licence EME pour Wave

Première fintech de l’espace Uemoa à obtenir la licence d’Établissement de monnaie électronique (EME), la start-up Wave peut désormais se passer d’intermédiaire et proposer ses services financiers directement à ses clients.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 21 avril 2022 à 18:06

Wave en cote d’ivoire© DR Wave en cote d’ivoire © DR

Après avoir conquis le Sénégal, la vague bleue n’en finit plus de déferler. Depuis le 14 avril, Wave Digital Finance, filiale du groupe Wave Mobile Money, est devenue la première structure non bancaire, non-opérateur de télécommunications et opérant dans plusieurs marchés de l’espace Uemoa, à obtenir une licence d’Établissement de Monnaie Électronique (EME), accordée par la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

D’après un communiqué publié ce 21 avril par le groupe, la licence EME permettra à Wave de proposer ses services et produits financiers directement aux clients, sans passer par des intermédiaires bancaires. Jusqu’alors la start-up proposait son offre à travers ses partenaires UBA et Ecobank au Sénégal, UBA en Côte d’Ivoire, UBA et Orabank au Burkina Faso et au Mali.

Ce n’est que le début d’une nouvelle ère »

Par ailleurs, la fintech pourra diversifier son offre et proposer des services financiers tels que les paiements marchands, l’épargne, le crédit et les transferts d’argent internationaux au sein de l’écosystème financier de l’espace Uemoa. « Nous sommes reconnaissants envers la Banque centrale pour son adhésion à notre vision d’offrir des services financiers radicalement inclusifs et abordables », a déclaré Drew Durbin, PDG de Wave. « Ce n’est que le début d’une nouvelle ère donnant la priorité au client dans le mobile money dans l’Uemoa. »

Un concurrent très sérieux pour Orange